Nelson Mandela dans un état grave, l’Afrique tout entière retient son souffle mais songe à le “laisser partir”

 

Afrique du Sud : Nelson Mandela hospitalisé dans un état «grave, mais stable»

 

Abonnez-vous afin d’être au courant des dernières nouvelles :

_________________________________________________________________

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela, 94 ans, a de nouveau été hospitalisé à Pretoria en Afrique du Sud.
Selon le gouvernement sud-africain, son état serait « grave, mais stable », il souffre d’une infection pulmonaire. Ces derniers temps, l’emblématique figure de la lutte contre l’apartheid a multiplié les séjours dans les établissements hospitaliers.

Mise à jour du Samedi 22 à 14h00:

Nelson Mandela, qui entame sa troisième semaine d’hospitalisation à Pretoria pour une infection pulmonaire, est toujours dans un état “sérieux” mais “stable”.

Nelson Mandela, bientôt 95 ans, qui est devenu en 1994 le premier président noir d’Afrique du Sud, après avoir passé 27 ans en prison sous le régime d’apartheid, est hospitalisé depuis le 8 juin pour une infection pulmonaire dans un hôpital de Pretoria.
Il continue à recevoir des visites de sa famille. Lundi, sa fille Zenani Mosizwe Dlamini, ambassadrice en Afrique du sud, avait donné des informations plutôt rassurantes, affirmant qu’il allait “très bien”.

Mise à jour du Vendredi 21 Juin 2013

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela, hospitalisé depuis deux semaines pour une grave infection pulmonaire, va mieux et “ne va pas mourir demain”, a assuré son successeur, l’ex-président Thabo Mbeki.

« Je ne pense pas que quiconque devrait entretenir cette idée fausse qui voudrait que Nelson Mandela meure demain. Il ne va pas mourir », a déclaré, le 20 juin au soir, l’ex-président sud-africain Thabo Mbeki dans une émission politique de la nouvelle radio Power FM.

“Il va rester avec nous”

« Nous devons vraiment avoir confiance : nous l’avons encore avec nous, et il va rester avec nous », a-t-il ajouté. « J’ai gardé des contacts étroits avec la famille [Mandela] et avec les médecins, et je pense que nous devons croire ce qui a été dit par le gouvernement, à savoir que la santé de Nelson Mandela s’améliore », a insisté celui qui a été l’adjoint de Mandela quand celui-ci est devenu le premier président noir d’Afrique du Sud, avant de lui succéder en 1999.

Mise à jour Mardi 18 à 10h00:

Aux dernières nouvelles, l’ancien président Nelson Mandela va mieux. C’est sa fille Zenani qui l’affirme à la sortie de la clinique, lundi 17 juin. Sur place, les Sud-Africains continuent de déposer des petits mots à l’intention de « Madiba » devant l’hôpital où il a été admis dans un état grave le 8 juin dernier.

Nelson Mandela reste hospitalisé à Pretoria. L’ancien président souffre d’une infection pulmonaire. Devant l’hôpital, des anonymes ont déposé des fleurs, des ballons, des mots souhaitant un bon rétablissement à Nelson Mandela.

Depuis que l’ancien président a été hospitalisé, les hommages affluent de partout.
Les membres de la famille de Nelson Mandela ont pris un moment pour lire les cartes devant l’hôpital avant de retourner à l’intérieur, pour être auprès du héros de la lutte anti-apartheid, toujours hospitalisé pour une infection pulmonaire.

Graça Machel, son épouse, a publié un communiqué pour remercier tous ceux qui ont envoyé des messages : « Notre gratitude est difficile à exprimer. Mais l’amour et la paix que nous ressentons donnent encore plus de sens au simple ” merci ” ».

Dans son communiqué, elle ne donne aucune nouvelle de l’état de santé de Nelson Mandela. Mais Zenani, l’une des filles qu’il a eues avec Winnie Mandela, a ,elle, assuré que son père se rétablissait très bien.

Mise à jour Lundi 17 à 10h00:

Madiba MandelaNelson Mandela entame, ce lundi 17 juin, sa neuvième journée d’hospitalisation dans une clinique de Pretoria en raison d’une infection pulmonaire. Le président sud-africain Jacob Zuma a indiqué, dimanche, qu’il demeurait dans un état sérieux, mais qu’il continuait de faire des progrès.

Il a précisé qu’il parvenait à échanger avec les membres de sa famille qui se rendent chaque jour à son chevet. Mandela aura 95 ans le mois prochain. Dimanche 16 juin, les Sud-Africains à travers le pays ont prié pour lui, et notamment à la célèbre église Regina Mundi. Les vitraux de l’édifice, qui fut l’un des centres de l’activisme anti-apartheid, sont à l’effigie de l’icône Mandela. Mais un débat divise la congrégation.

Les fidèles de l’église Regina Mundi ne comptent plus les messes au cours desquelles ils ont prié pour Nelson Mandela, mais Beauty Sudouwigué ne se fait plus beaucoup d’illusions : « Je prie toujours pour lui mais il est vieux. Il n’y arrive plus. Quand Dieu dit “rejoins-moi'”, personne ne peut l’arrêter ». Mpiwé Tembu, qui fait partie du clan Tembu de Mandela, souhaite que Dieu patiente quand même encore un peu.

Mandela doit-il être « soulagé à jamais de la souffrance » ?

Le débat a vu le jour au début de cette toute dernière hospitalisation, et le père Sébastian Rousseau est dans l’embarras : « Il y a quelques mois beaucoup de gens priaient pour que Mandela soit complètement rétabli, mais la situation a changé. Il y a désormais des gens qui pensent qu’il serait mieux qu’il soit soulagé à jamais de la souffrance. »

« Donc la question est, indique encore le religieux : devons-nous prier pour que Mandela nous revienne ou bien prier pour qu’il retourne au seigneur ? C’est une question très complexe, et pour un prêtre il est difficile d’accommoder les deux parties ». La messe du père Sebastian est un exercice délicat, et pour ne froisser personne, il préfère taire vers quel camp il penche.

Mise à jour Samedi 15 Juin à 15h00:

L’ancien président sud-africain Nelson Mandela se remet bien de l’infection pulmonaire pour laquelle il est hospitalisé depuis une semaine, a assuré son petit-fils.

“Madiba se rétablit très bien et a l’air d’aller bien”, a déclaré Mandla Mandela, qui s’exprimait en langue xhosa pendant des funérailles à Qunu, le village où Nelson Mandela est né il y a 94 ans.

“Je remercie la Nation et le monde entier pour les prières adressées à Madiba, mais aussi à ses médecins”, a-t-il ajouté

Mise à jour Vendredi 14 à 15h30:

Nelson Mandela entame ce vendredi 14 juin sa septième journée à l’hôpital. L’ancien président aura 95 ans en juillet. Il est toujours dans un état grave, même si les autorités signalent que sa santé s’améliore un peu. Son hospitalisation est suivie de près sur internet, et notamment sur les réseaux sociaux.

Dès l’annonce de l’hospitalisation de Nelson Mandela, les réseaux sociaux ont été envahis de messages de soutien et de prières : 100 tweets toutes les trois minutes les premiers jours de son hospitalisation et aujourd’hui, plus d’1,4 million de personnes aiment la page Facebook de Nelson Mandela.

Mise à jour Jeudi 13 à 14h00:

L’ex-président sud-africain Nelson Mandela “réagit mieux au  traitement” qu’il reçoit depuis son hospitalisation, samedi 8 juin, pour une  pneumonie, a annoncé le président Jacob Zuma devant le  Parlement.

« Je suis heureux de vous annoncer que Madiba réagit mieux au traitement  depuis ce matin », a déclaré, le 12 juin, le chef de l’État sud-africain, Jacob  Zuma, devant le Parlement à l’occasion du vote du budget de la présidence. Une  première indication positive sur la santé du héros de la lutte contre  l’apartheid âgé de 94 ans et hospitalisé depuis cinq jours pour une rechute de  sa pneumonie.

« Nous sommes très heureux des progrès qu’il fait dorénavant, après ces  derniers jours qui ont été difficiles », a-t-il poursuivi. Les rares nouvelles  données par les autorités sud-africaines depuis l’hospitalisation du héros  national samedi matin répétaient que son état, qualifié de « grave »  – et  même « très grave » par le président sud-africain lui-même, restait «  stationnaire ».

Mise à jour Mercredi 12 à 10h30:

Santé de Nelson MandelaJacob Zuma reconnaît que Nelson Mandela est dans un état très sérieux, mais qu’il est stabilisé et que tout le monde prie pour qu’il récupère vite. Il s’exprimait à la télévision publique sud-africaine, ce mardi 11 juin dans la soirée, lors d’une interview accordée depuis la ville du Cap, dans le sud du pays, où il se trouve actuellement. C’est la 5ème nuit d’hospitalisation de Nelson Mandela.

Le président sud-africain a dit sa confiance dans l’équipe de médecins. « Ils savent ce qu’ils font et ils font un très bon travail », a-t-il affirmé, ajoutant que « Nelson Mandela est un battant. »

C’est la première fois que Jacob Zuma s’est exprimé depuis l’hospitalisation de l’ancien président sud-africain. Le dernier communiqué officiel, publié à la mi-journée, mardi 11 juin, n’avait noté aucune amélioration de l’état de santé de Madiba : « état grave, mais stable ».

L’inquiétude se propage

Certains médias propagent cependant l’inquiétude, comme la chaine de télévision CBS, qui affirme que l’état de l’ancien président serait beaucoup plus sérieux qu’annoncé officiellement.

Pendant ce temps, la famille de Nelson Mandela lui a de nouveau rendu visite. L’une de ses filles et son ancienne épouse, Winnie, ont passé un moment avec lui, ce mardi après-midi à l’hôpital.

Mandela vu par de jeunes étudiants sud-africains en droit

avec notre envoyé spécial,

Les Sud-Africains prient pour Nelson Mandela et attendent avec anxiété les rares communiqués de la présidence sur son état de santé. A la faculté de droit de l’université de Witwatersrand de Johannesburg, où Mandela a suivi une partie de ses études avant de devenir avocat, des juristes en devenir se remémorent son parcours pour mieux suivre ses pas.

Avec son associé Oliver Tambo, Mandela l’avoué, a défendu la cause des opprimés face aux lois liberticides de l’apartheid, et ses compagnons de lutte le concèdent, sa formation juridique lui a permis de se hisser au-dessus de la mêlée. Tulani est un étudiant zimbabwéen en troisième année.

« Il s’est battu pour les droits de l’homme et pour la Constitution sud-africaine qui est l’une des plus progressistes du monde. Elle protège les droits et garantit la dignité. Je pense que le droit l’a beaucoup aidé dans la lutte, y compris lors de ses procès à lui. L’éducation c’est crucial dans la lutte : connais-tu le droit ? Le droit peut-il t’être utile à défier tes oppresseurs ? », s’interroge le jeune homme.

Mandela l’un des meilleurs présidents au monde

Lincoln, un étudiant boursier sud-africain, souhaite d’ailleurs parachever l’œuvre de Mandela, grâce au droit. Il explique :

« J’envisage une carrière politique et Mandela a en partie influencé mon choix. On a besoin d’idées fraîches et nous les jeunes on en a ! Même si les autres ont fait du bon travail on peut aller plus loin. Par exemple améliorer les politiques pour que les ressources minérales soient mieux distribuées. »

N’est pas Mandela qui veut tempère son ami Anélé, lui aussi en troisième année, qui lance : « Ce n’est pas parce que tu as étudié le droit ici que tu vas pouvoir tout de suite quitter ton village pour vivre dans une grande maison comme Mandela à Houghton, et encore moins devenir Président, et l’un des meilleurs présidents en plus, parce que où que tu ailles dans le monde, tout le monde connaît Mandela ! »

Mise à jour Mardi 11 à 09h00 (Paris):

Le nouveau ministre de la culture chilien, l’écrivain Roberto Ampuero, s’est excusé lundi après avoir rendu un vibrant hommage posthume mais prématuré sur Twitter à Nelson Mandela, l’ex président sud-africain hospitalisé à Pretoria.

“Nelson Mandela vient de mourir, l’un des combattants les plus sages et généreux pour la dignité, l’égalité et les droits de l’homme… Deuil pour “Madiba” (le nom de clan du leader sud-africain)”, indique le message posté sur le compte Twitter du ministre, nommé dimanche.

Celui-ci s’est excusé au bout de deux heures, indiquant qu’il s’agissait d’une confusion. “Cela peut arriver à tout le monde”, a indiqué Ampuero sur Twitter. “J’ai réagi comme quiconque l’aurait fait, mais bien sûr ce qui me réjouis le plus c’est que Nelson Mandela est vivant”, s’est-il excusé.

Nelson Mandela, 94 ans, passait lundi sa quatrième nuit dans un hôpital de Pretoria, où il est toujours dans un état grave après une récidive d’une infection pulmonaire.

L’Espagnol Rafael Nadal, vainqueur dimanche de Roland-Garros pour la huitième fois, a également publié lundi sur son compte Twitter un hommage posthume prématuré à Nelson Mandela, vite retiré.

Mise à jour Lundi 10 Juin 18h00:

L’état de santé de Nelson Mandela n’a pas évolué depuis la nuit de vendredi à samedi. L’ancien président sud-africain est toujours à l’hôpital dans un établissement de santé de Pretoria dans un état jugé grave, selon le dernier communiqué publié, ce lundi 10 juin 2013 au matin, par la présidence.

Aucun changement dans l’état de santé de Nelson Mandela, qui vient de passer sa troisième nuit à l’hôpital. L’ancien président est traité pour une infection pulmonaire dans un hôpital de Pretoria. Son état est jugé sérieux, mais stable. Il est en soins intensifs, a précisé le porte-parole de la présidence, ce qui est tout à fait habituel dans ce genre de cas.

Mise à jour de Dimanche 9 Juin à 11h25:

L’ex-président sud-africain Nelson Mandela était toujours dimanche matin à l’hôpital où il a été admis pour une pneumonie dans la nuit de vendredi à samedi. Aucun bulletin de santé n’a été publié depuis 24 heures.

Nelson Mandela jeune“Il est temps de le laisser partir”, titrait en une le grand journal Sunday Times, au-dessus d’une photo d’archives d’un Mandela souriant et saluant de la main comme pour un au revoir. “La famille doit le laisser maintenant de façon à ce que Dieu puisse faire à sa façon”.

L’article du Sunday Times débute par cette citation d’Andrew Mlangeni, un ami de longue date de Mandela, qui résume une opinion assez largement exprimée depuis 24 heures sur les réseaux sociaux notamment. “Ils doivent le laisser, spirituellement, et s’en remettre à leur foi en Dieu (…) Nous dirons merci, Dieu, de nous avoir donné cet homme, et nous le laisserons partir”, poursuit M. Mlangeni.

City Press de son côté titre avec l’appel du président Jacob Zuma à prier pour Mandela, tandis que le populaire Sunday Sun lance en première page: “Mandela se bat pour sa vie!”.

A Pretoria, de nombreux journalistes et photographes étaient toujours rassemblés devant l’hôpital où pourrait être traité le prix Nobel de la Paix 1993.

La présidence n’a pas dévoilé l’endroit exact de son hospitalisation et la presse en est réduite à des suppositions.

Nelson Mandela mort« Nelson Mandela est dans un état préoccupant, mais stable », a déclaré le porte-parole de la présidence sud-africaine Mac Maharaj. Il a été transporté à une heure et demie du matin vers un hôpital de Pretoria après une nouvelle détérioration de son état de santé, toujours pour des problèmes d’infection pulmonaire. « Les médecins font tout ce qu’ils peuvent pour qu’il se sente mieux et confortable », ajoute la présidence précisant aussi qu’il respire seul.

Ces derniers mois, Nelson Mandela a multiplié les séjours à l’hôpital : un en décembre, un en mars, puis en avril avec des problèmes pulmonaires récurrents. Lors de ces années passées au bagne de Robben Island, il avait contracté une tuberculose et avait gardé une certaine fragilité au niveau des poumons. L’homme qui a conduit l’Afrique du Sud vers la démocratie est très âgé. Il doit fêter en juillet son 95e anniversaire.

Inquiétude en Afrique du Sud

Fin avril, la télévision sud-africaine avait diffusé des images de l’ancien président en compagnie du président Jacob Zuma et des plus hauts responsables de l’ANC. Il apparaissait très fragile, le visage impassible, l’air un peu absent. Son ami, l’avocat George Bizos, qui l’a vu il y a peu, disait qu’il était conscient, mais qu’il perdait un peu la mémoire.

Nelson Mandela, qui a passé vingt-sept ans de sa vie en détention, s’est officiellement retiré de la vie publique en 2004. Mais il reste une icône pour tout un peuple. Les Sud-Africains sont aujourd’hui inquiets et l’ANC au pouvoir leur a demandé de prier pour leur icône, « Tata Madiba » comme ils l’appellent de manière affectueuse.

« Il reste un symbole »

Si Mandela ne fait plus de politique depuis longtemps, il demeure un symbole très important, comme l’explique Patrick Craven, le porte-parole de la Cosatu, la puissante centrale syndicale de l’ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud.

« Evidemment, comme tout le monde, les membres de la Cosatu sont inquiets après l’annonce de la nouvelle hospitalisation du président Mandela, a déclaré Patrick Craven. Nous espérons que le problème n’est pas trop grave, qu’il va pouvoir se rétablir au plus vite et rentrer chez lui.  Parce qu’il reste un symbole, un grand dirigeant qui est une source d’inspiration pour tous les Sud-Africains et nous voulons qu’il reste à nos côtés le plus longtemps possible ».

« Nous ne savons rien de plus que ce qui a été dit officiellement par la présidence, c’est-à-dire que cette nouvelle hospitalisation est liée à son infection pulmonaire qui est aggravée par son âge, a poursuivi le porte-parole. Nous espérons que tous les Sud-Africains auront une pensée aujourd’hui pour leur ancien président et surtout qu’ils se souviendront du rôle qu’il a joué en prenant la tête de la lutte contre l’apartheid et en inspirant les générations futures, en leur apprenant la notion de sacrifice, parce que c’est ce qu’il a fait ».

 

La vie de Nelson Mandela:

Nelson Rolihlahla Mandela, dont le nom du clan tribal est « Madiba », né le 18 juillet 1918 à Mvezo (Union d’Afrique du Sud) est un homme politique sud-africain ; il a été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique d’apartheid avant de devenir président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999, à la suite des premières élections nationales non raciales de l’histoire du pays.

Biographie-nelson-mandelaNelson Mandela entre au Congrès national africain (ANC) en 1944, afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche et la ségrégation raciale menée par celle-ci. Devenu avocat, il participe à la lutte non violente contre les lois de l’apartheid, mises en place par le gouvernement du Parti national à partir de 1948.

L’ANC est interdit en 1960, et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l’ANC, Umkhonto we Sizwe, en 1961, qui mène une campagne de sabotage contre des installations publiques et militaires. Le 12 juillet 1963, il est arrêté par la police sud-africaine sur indication de la CIA, il est condamné lors du procès de Rivonia à la prison et aux travaux forcés à perpétuité. Dès lors, il devient un symbole de la lutte pour l’égalité raciale et bénéficie d’un soutien international croissant.

Après vingt-sept années d’emprisonnement dans des conditions souvent très dures, Mandela est relâché le 11 février 1990, et soutient la réconciliation et la négociation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk. En 1993, il reçoit avec ce dernier le prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime d’apartheid et jeté les bases d’une nouvelle Afrique du Sud démocratique[N 1].

Après une transition difficile où de Klerk et lui évitent une guerre civile entre les partisans de l’apartheid, ceux de l’ANC et ceux de l’Inkhata à dominante zoulou, Nelson Mandela devient le premier président noir d’Afrique du Sud en 1994. Il mène une politique de réconciliation nationale entre Noirs et Blancs ; il lutte contre les inégalités économiques, mais néglige le combat contre le sida, en pleine expansion en Afrique du Sud. Après un unique mandat, il se retire de la vie politique active mais continue à soutenir publiquement le Congrès national africain tout en condamnant ses dérives.

Impliqué par la suite dans plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ou le sida, élevé au rang de patrimoine commun de l’humanité[1], il demeure une personnalité mondialement écoutée au sujet des droits de l’homme et est salué comme le père d’une Afrique du Sud multiraciale et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel », même si le pays reste confronté à de graves problèmes d’inégalités économiques, de tensions sociales et de replis communautaires.

Thierry Barbaut