Cameroun, 1 500 enfants sont les nouveaux esclaves de Boko Haram

Ce sont bien 1 500 enfants, le chiffre semble hallucinant et pourtant il est exact, ces jeunes Camerounais sont les nouveaux esclaves de Boko Haram

J’étais déjà surpris d’entendre dans les médias les chiffres de 200 jeunes filles enlevées alors que les retours de nos correspondants au Cameroun faisaient état de plusieurs séries d’enlèvement de centaines d’enfants chaque semaines…

Je l’évoquais lors de la conférence ou j’intervenais à la Sorbone sur Boko Haram

Les chiffres hélas reflètent la triste vérité, pourtant Thierry Barbaut, rédacteur en chef d’Info Afrique se trouvait sur le terrain fin 2014 et faisait état des déclaration fracassante de Paul Biya et l’immédiate destruction totale de Boko Haram, exhibant fièrement les 8 otages Chinois qu’il venait de faire libérer, ce qui au passage avait couté la vie de 11 soldats Camerounais massacrés par Boko Haram.

Entre fin 2014 et Juin 2015, plus de 1 500 enfants Camerounais sont capturés et désormais esclaves de Boko Haram

Que font ces enfants qui pour la plupart se trouve dans les camps militaires près de la frontière entre le Nigéria et le Cameroun ?

“Les soldats Camerounais sont traumatisés de devoir faire feu sur des enfants de 8 ans de leur propre pays…” Thierry Barbaut, Info Afrique

Deux principales missions pour ces enfants esclaves âgés en moyenne de 8 ans:

– Servir de rempart ou de bouclier humains lors des combats et assauts conte l’armée Nigérienne, Camerounaise ou Nigériane. Les témoignages sont tous identiques: les enfants sont propulsés en première ligne lors des combats. Cela provoque une retenue de la part des troupes de la coalition qui ne peuvent que se résoudre hélas à faire feu sur les enfants. Les soldats Camerounais en particuliers font état de véritables traumatismes…

Ce sont parfois plus de 1 000 morts lors d’une attaque en une journée…

– Utilisés comme esclaves pour les taches les plus dures, transports, logistique, entretien de l’armement et sexuellement. Un rapport de l’ONU présenté par Najat Rochdi confirme également les faits.

enfants-soldats

Ou sont les milliers de jeunes filles des trois pays enlevées par Boko Haram ?

De nombreux camps sont repris à Boko Haram depuis l’élection de Muhammadu Buhari à la tête du Nigéria, mais cela reste bien loin de ce qui avait été promis et les parents des 800 jeunes filles enlevées il y a plus d’un an désespèrent de les retrouver un jour…

Au Niger un certain désespoir est hélas perceptible au sein de l’armée ou la zone de la forêt de Dambissa reste un repaire impénétrable de centaines de milliers de kilomètres carré, le principal refuge des 4 camps géant de Boko Haram ou plus de 7 000 soldats vivent en toute quiétude !

Mireille Modoi

Mireille Modoi
Mireille Modoi vit à Paris et est d'origine centrafricaine. Passionnée par le développement et l'industrialisation de marché en Afrique, l'Afrique elle s'implique dans la communication et la visibilité internationale du continent.

Commentaires