NEUTRALITE TECHNOLOGIQUE DANS LA TELEPHONIE

Ce 26 octobre 2012, l’opérateur de téléphonie mobile MTN-Congo a organisé sa journée des fournisseurs. Il a été présenté le code de conduite dans la collaboration avec ladite compagnie.

Au cours des échanges de nombreuses questions ont été soulevé sur le code de conduite, la clause de confidentialité et la législation de la concurrence contre les autres opérateurs.

La question de la neutralité technologique a été la plus importante car elle présage une impasse technologique. En effet, les fournisseurs ont évoqué la difficulté de voir cet opérateur leur exigé des matériels technologiques d’un fabricant donné.

L’opérateur de téléphonie mobile a expliqué que cela était une nécessité pour lui dans la mesure où les installations actuelles ne peuvent marcher qu’avec les matériels de ses anciens fournisseurs. Il faut comprendre qu’il reste condamner à être fourni par ce fabricant. Il subi alors une dictature technologique et financière. L’opérateur ne peut plus réinvestir dans le démantèlement de son matériel ancien et investir dans l’acquisition du nouveau matériel compatible avec les matériels des autres fabricants.

Il existe bien de discriminations technologiques dans la téléphonie mobile quant à l’usage des matériaux. Les opérateurs de téléphonie mobile commandent auprès des groupes chinois HUAWE et ZTE corporation des téléphones mobiles verrouillés compatibles uniquement avec les cartes sim de ses opérateurs .En langage technologique, on dit qu’il n’y a pas interopérabilité entre les matériaux des opérateurs de téléphonie mobile.

Par conséquent, l’abonné qui décide de quitter doit abandonner et la carte Sim et le téléphone portable ainsi que son modem s’il en avait. Autrement, il peut trouver des apprentis hackers pour les déverrouiller.

Cela se complique encore dans la mesure où l’Etat congolais a décidé d’interdire la multiplication des installations des antennes et autres matériels de communication pour prévenir leur nuisances contre la santé des populations. Les nouvel opérateurs qui s’installeront loueront les installations de leurs devanciers. Ce qui est d’ailleurs un paradoxe de la collaboration des concurrents.

Dans ces conditions, les operateurs de téléphonie mobile utiliseront les matériels incompatibles avec les innovations technologiques actuelles.

Pour éviter que l’Etat vienne à subir tôt ou tard la dictature des prix et des matériaux technologiques des multinationaux technologiques ou se retrouver avec des infrastructures de téléphonie désuets. L’Etat congolais doit se réapproprier l’infrastructure de téléphonie mobile et le mettre en location auprès des opérateurs de téléphonie mobile.

 

 

close
close