LAMPRE ET LOTTO AU GABON

La 8e édition de la Tropicale Amissa Bongo qui se déroulera au Gabon du 14 au 20 janvier prochain accueillera pour la première fois de son histoire une équipe italienne, Lampre-Merida qui sera accompagnée par les Belges de Lotto-Belisol.

Ces deux équipes du World Tour, l’élite du cyclisme international, sont des habituées des grandes confrontations sur les épreuves les plus importantes de l’année comme le Tour de France.

Avec le Team Europcar et Cofidis, ce seront donc quatre équipes du Tour de France qui seront présentes en 2013 sur la Tropicale Amissa Bongo qui plus que jamais, apparaît comme l’épreuve phare du calendrier africain. La Tropicale continue d’attirer les grandes formations européennes, soucieuses de se confronter aux nouveaux talents du cyclisme africain. La place de l’épreuve gabonaise en début d’année, en janvier, permet une approche de la saison dans des conditions idéales sous un soleil clément. C’est là que Thomas Voeckler notamment a réalisé ses premiers coups de pédales de l’année en 2010, c’est au Gabon aussi qu’on a vu Sylvain Chavanel découvrir l’Afrique en 2011 ou encore Pierre Rolland remporter la première course de sa carrière en 2007. Des coureurs comme l’Irlandais Daniel Martin ou le Hollandais Johny Hoogerland qui se sont révélés par la suite sur la scène internationale, sont également passés par la Tropicale pour débuter leur saison sur de bonnes bases.

Avec la venue des Italiens de Lampre-Merida et des Belges de Lotto-Belisol, il est fort à parier que le niveau de la Tropicale Amissa Bongo qui a déjà vu 44 nationalités différentes engagées depuis 2006, va une nouvelle fois monter d’un cran. L’équipe Lotto présente dans le peloton professionnel depuis 30 ans et l’équipe Lampre depuis 15 ans possèdent des coureurs de renommée internationale comme Jurgen Van den Broeck, André Greipel et Jelle Vanandert pour la première, et Alessandro Petacchi, Filippo Pozzato et Damiano Cunego pour la seconde. Les sélections définitives seront connues dans quelques semaines.

Source : Presse de la Tropicale

De notre correspondant au Gabon, Fabrice MIKOMBA

 


  
  
  
close
close