L’air de jeu, l’équipement et la charge de travail favorisent les blessures chez les footballeurs

Au Cameroun, le championnat d’élite est professionnel depuis moins d’un an.  Sur le plan administratif, la fédération camerounaise de football(Fecafoot) a cédé son organisation à la ligue de football professionnel. Sur le terrain, les joueurs dont les clubs sont financièrement diminués ne ressentent pas encore ce vent de changement. Pour beaucoup donc, rien de nouveau sous le soleil! salaires minables ou inexistants, alimentation pauvre, etc. A cela, s’ajoute l’absence d’ une prise en charge médicale  en cas de blessures ou d’accidents. Depuis quelques années, les footballeurs sont ses principaux patients. Il les accepte sachant qu’ils ont tout dans les jambes et parfois rien dans les poches pour régler les factures.  Lui, c’est le Dr Tamo Moktomo Philemon.  Médecin de sport, responsable de la commission médicale à la Fecafoot, nous l’avons attrapé entre deux consultations pour en savoir davantage sur la santé des héros locaux du ballon rond.

Docteur, en quoi consiste la médecine de sport?

La médecine de sport est la science médicale ayant pour objet la performance, l’étude des pathologies liées à la pratique du sport, la mise en pratique des thérapeutiques efficientes pour la prise en charge globale des athlètes.

Comment est réglementée cette médecine au Cameroun? Qui peut la pratiquer?

Ce n’est pas une affaire du Cameroun. La pratique médicale est réglementée. Ce sont des questions académiques. Pour être médecin au Cameroun, il faut avoir fait des études médicales, avoir un doctorat en médecine, être inscrit à l’Ordre national des médecins du Cameroun qui est l’organe chargé de valider les diplômes et de donner les autorisations d’exercice pour les personnes prétendant exercer dans le domaine.

Quels sont les types de blessures et accidents des sportifs que vous recevez souvent?

Les blessures du sportif camerounais dépendent du type de sport pratiqué. Les blessures du footballeur ne sont celles du handballeur, du volleyeur, du nageur, etc. Tout dépend du type de sport pratiqué. Dans le foot par exemple, les blessures viennent de la cheville en tête, ensuite le genou, les lésions musculaires essentiellement quadriceps et essieu jambier, les pathologies des insertions comme des adducteurs et pubalgie, enfin les pathologies de l’épaule essentiellement les luxations de l’épaule. C’est à peu près par ordre décroissant la fréquence des  lésions et accidents que nous rencontrons chez le footballeur au Cameroun.

Ces lésions sont-elles causées par la mauvaise qualité des infrastructures ou l’hygiène de vie des sportifs?

Non, il ne s’agit pas de l’alimentation. Ces causes sont essentiellement de deux ordres : il y a l’air de jeu qui est un facteur important dans les blessures. Ensuite, l’équipement, c’est-à-dire les chaussures pour le footballeur. Dans une moindre mesure, il y a la charge de travail qui n’est pas parfois en adéquation avec soit les âges, soit le terrain sur lequel on joue. Tous ces éléments mis ensemble peuvent favoriser certains types de blessures.

Comment se passe la prise en charge des footballeurs malades étant donné que les clubs rencontrent d’énormes difficultés financières pour leur fonctionnement?

Au Cameroun, l’élite évolue désormais dans un championnat professionnel.  La fédération a délégué l’organisation de ce championnat à la ligue professionnelle de football. Normalement dans le cahier de charges, chaque club est supposé avoir assuré ses joueurs.  Tout employeur a le devoir de prendre en charge ses travailleurs dans le cadre des maladies professionnelles ou les accidents de travail, ce n’est pas parce que nous sommes dans le foot. La blessure d’un footballeur en l’occurrence pendant qu’il est aux entrainements ou au cours d’un match relève du droit du travail et donc, il doit être en charge par son club employeur. C’est en théorie ce qui devrait se passer.

Evidemment, il y a la problématique de la pris en charge des joueurs. Nous sommes dans un pays en crise où les gens n’intègrent même pas aujourd’hui la place de la médecine dans le sport. Donc, les joueurs sont à la vérité très mal pris en charge, ce qui fait que leur carrière est assez courte parce qu’ils se blessent régulièrement pour des motifs que nous avons cité plus haut. En général, très peu de clubs prennent en charge leurs joueurs. Ce sont ces derniers qui doivent se débrouiller eux-mêmes alors qu’ils se sont blessés en etant au service des clubs qui les emploient.

Ashley Dissake

close
close