Sanou

« Le ciel, la nuit, le texte, le peuple, la fête ».

Le Festival d’Avignon, toujours sur le podium mondial des arts vivants, s’ouvre dans quelques jours. Privilège d’y retrouver Salia Sanou et son spectacle ‘Multiple-s’, avec notamment la grande Germaine Acogny, vingt ans après ses débuts ici aux côtés de Mathilde Monnier.

Le Burkinabè inscrit ses pas dans la légende dansée de la cité, un demi-siècle après la Messe pour le temps présent chorégraphiée par Maurice Béjart, saisie par Mario Atzinger, le photographe des années héroïques dont les clichés sont archivés à la Bibliothèque nationale de France.

Mon grand-père, un Tyrolien anti-nazi qui vécut à Fulpmès, Sidi Bel Abbès, Londres, Paris et Avignon.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mario_Atzinger

Article précédentS’attaquer aux défis les plus urgents pour les populations les plus pauvres et vulnérables
Prochain articlePierre Fabre valorise la e-santé
Vincent Garrigues
Diplômé de l'ESJ-Paris, il a travaillé plus de 15 ans dans l'audiovisuel public -notamment au service Afrique de Radio France Internationale- après avoir été notamment correspondant étranger et reporteur à Londres, Nouméa, Johannesburg et Tanger. Il a ensuite rejoint les services du ministère des Affaires étrangères au sein des ambassades de Pretoria et d'Alger en tant qu'attaché audiovisuel et culturel en charge de la coopération dans le domaine des médias, du cinéma, de la mode, de la photo, du livre et du débat d'idées. Aujourd'hui directeur associé du cabinet de conseil en communication Meroe Global, il a dirigé le pôle Afrique et Moyen-Orient chez Reputation Squad après avoir été conseiller en stratégie de communication auprès de la République gabonaise. Il a précédemment été engagé dans la communication de grands événements sportifs, de festivals et de chambres consulaires. Vincent Garrigues est l'auteur d'une dizaine de guides et récits de voyage, dont des titres consacrés aux Émirats arabes unis, à Oman et à l'Afrique du Sud.