Afrique rime avec Innovation

Malgré leurs revenus souvent faibles ou moyens, certains pays  africains ont gagné quelques points dans le classement de l’indice mondial 2013  de l’innovation, publié début juillet.

C’est le cas de Maurice, de l’Afrique du  Sud, du Nigeria et du Sénégal. Mais pas seulement. Aperçu des pays du continent  qui innovent.

innovation-afriqueIls ne sont pas encore à la pointe de l’innovation, mais ils enregistrent des  progrès encourageants.

Malgré leur faible ou moyen revenu, certains pays  africains, à l’instar de Maurice, de l’Afrique du Sud, de l’Ouganda, du Nigeria  ou du Sénégal, s’érigent petit à petit en « pôles dynamiques » où se développent  des activités innovantes sur le continent.

Un positionnement à la hausse observé  dans la sixième édition du rapport sur l’indice mondial de  l’innovation, publié conjointement début juillet par l’Université Cornell  aux États-Unis, l’Institut européen d’administration des affaires (Insead) et  l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi).

Des experts ont interrogé 84 indicateurs – au delà des critères traditionnels  relatifs aux dépenses en recherche et développement – pour parvenir à mesurer  l’indice mondial 2013 de l’innovation de chacun de 142 pays sélectionnés à  travers le monde.

Du fonctionnement des institutions aux résultats obtenus en  matière de connaissances et de technologie, en passant notamment par la qualité  des universités, le capital humain, les infrastructures, le perfectionnement des  marchés et des entreprises, tout a été passé en revue.

 

“Nouveaux acteurs” Africains de l’innovation

« Si le classement est dominé par les économies à revenus élevés, plusieurs  nouveaux acteurs ont renforcé leurs capacités et les résultats en matière  d’innovation », assure Soumitra Dutta, de l’Université Cornell, coéditeur du  rapport.

Avec un indice de l’innovation à 66.55 sur 100, la Suisse se maintient en  tête, suivie de la Suède (61.36), du Royaume-Uni (61.25), des Pays-Bas (61.14)  et des États-Unis (60.31) – 10e en 2012 – qui signent leur retour dans le top 5.

Côté africain, c’est Maurice, 53e place mondiale, qui arrive en tête malgré un  indice encore en dessous de la moyenne générale (38). L’État de l’Océan indien  est talonné par l’Afrique du Sud (37.60), championne du continent en termes des  « moyens mis en œuvre en matière d’innovation ». La Tunisie (35.82), l’Ouganda  (31.21), le Botswana (31.14), le Maroc (30.89), le Ghana (30.60), le Sénégal  (30.48) et le Kenya (30.28) lui emboîtent le pas.

Nigeria et Sénégal, sont les bons élèves

Au total, 36 pays africains se retrouvent dans le nouveau classement de  l’indice mondial de l’innovation, soit deux de plus qu’en 2012, grâce à l’entrée  du Cap-Vert et de la Guinée.

Certains États ont enregistré des mauvais résultats  par rapport à l’année précédente, d’autres, au contraire, ont bien  progressé.

Parmi ces bons élèves africains, le Nigeria (123e mondial en 2012, 120e en  2013) et le Sénégal (97e mondial en 2012, 96e en 2013) sont les seuls pays à  revenu moyen inférieur (suivant la classification de la Banque mondiale), à  avoir réussi à gravir quelques marches au classement : trois bonds pour le  premier, un pour le second.

Au même moment, la position de tous les autres pays  de la même catégorie a baissé, sur le continent, de 2 à 22 marches. Mais  l’indice global des pays africains en matière d’innovation a, lui, plutôt été  revu à la hausse.

Le bon résultat du Sénégal s’explique notamment par une « politique  volontariste d’ouverture du pays aux nouvelles technologies mais aussi par la  vivacité d’une population jeune et innovante », soutient Julie Owono,  responsable Afrique d’Internet sans frontières, une association de promotion de  la liberté d’expression sur la Toile.

« C’est le seul pays de l’Afrique de  l’Ouest francophone à s’être doté d’un incubateur, le CTIC Dakar, pour coacher et accompagner les projets  innovants », ajoute, de son côté, Serigne Barro, responsable de l’agence  digitale People Input, qui accompagne sur le continent les entreprises, les  opérateurs télécoms, voire les institutions, dans la mise en œuvre de leurs  projets tournés vers les nouvelles technologies.

Pays à revenu faible, l’Ouganda (89e mondial), le Kenya (99e), le Mali  (106e), le Burkina Faso (116e), le Mozambique (121e), la Gambie (122e), le Bénin  (127e), l’Éthiopie (129e), le Niger (131e) et le Togo (139e) réalisent également  des bons résultats à l’indice mondial 2013 de l’innovation par rapport à l’an  dernier.

Le continent reste cependant confronté à plusieurs difficultés qui freinent  son élan vers l’innovation : « accès difficile à l’Internet, insuffisance  d’investisseurs et d’incubateurs, sous-exposition des projets innovants, régime  réglementaire non adapté au secteur… », tente d’énumérer Serigne Barro. « Il  faut ajouter à cela des problèmes d’électricité devenus récurrents dans  plusieurs pays africains », relève Julie Owono, dont l’organisation participe au  projet Feowl, une plateforme  lancée en ligne et destinée à évaluer, notamment à Douala, l’impact réel des  délestages sur l’accès des populations à l’internet.

Thierry Barbaut
Avec JA

Suivez nos actualités:

 

Thierry_BarbautThierry Barbaut

Directeur de rédaction du Groupe Info Afrique
Je décrypte pour vous les actualités et l’innovation en Afrique

“Passionné et certain du potentiel de développement de l’Afrique je suis en permanence les actions positives menées sur le continent afin d’en faire profiter un large public”
A bientôt sur Info Afrique

 

Thierry BARBAUT - Numérique, économie, Afrique et développement
Thierry Barbaut est expert en stratégie numérique sur les projets en Afrique - #innovation #Afrique #Digital - Directeur Numérique et communication digitale de l'ONG La Guilde et l'Agence des Micro Projets depuis 2013. 20 années de pilotage de projets dans plus de 40 pays: eau, santé, éducation, agriculture, énergies renouvelables, entrepreneuriat et numérique. Auteur et conférencier sur l'Afrique et le numérique.