Scandale, des américaines posent avec les animaux qu’elles abattent

Rebecca Francis avait à peut près tout abattu, zèbres, ours, lions, antilopes… Mais cette fois-ci c’est avec une girafe qu’elle pose fièrement et son sourire provocateur ne passe pas !

Les internautes se déchainent sur les réseaux sociaux et il faut bien avouer que chez Info Afrique nous leur donnons raison.

rebecca-francis-girafe-afrique

C’est un vrai massacre… C’est donc maintenant une girafe qui en a fait les frais. Suite au nombreux commentaires Rebecca Francis semble impassible et vivre dans son monde ou droit de vie et de mort lui sont accordé. Elle paye pour abattre donc elle à le droit !

“Je ne regrette pas une seule seconde ce que j’ai fait, cette girafe était vieille et ne pouvait plus se reproduire” ajoute même Rebecca Francis

Mais le monde entier par le biais des réseaux sociaux, Facebook et Twitter en tête, manifeste son refus de voir de telles chasses organisées.

Kendall-Jones-massacre-lion-guepard

Ce qui met aussi les internautes hors d’eux c’est cette façon de poser avec un sourire marqué a coté des têtes des animaux abattus.

Manifestez votre avis sur cette page par Facebook

Des animaux protégés abattus et des mises en scènes macabres semblent pourtant à la mode et particulièrement pour les chasseurs américains et les femmes. Arc et flèches à lames de rasoirs sont leurs outils fétiches et les animaux paisibles d’Afrique leurs cibles prioritaires…

rebecca-francis-Lion-hunt

Des “permis de massacrer” disponibles pour les riches chasseurs

chasseuse-rhinocerosUne des société comme le Dallas Safari Club propose des permis de tuer, ainsi vous trouverez de tout si votre portefeuille en est capable, du lion à la girafe en passant par l’ours blanc…

Le Rhinocéros et lui aussi disponible et la pauvre bête ne le sait pas mais elle vaut 300 000 euros. Elle sera ensuite mis à disposition pou être abattus selon vos désirs.

Rebecca Francis évoque que cette girafe ne pouvait pas se reproduire, et qu’elle était vieille, nous nous demandons quelle sera le sort des milliers d’autres animaux jeunes ou vieux qui se font systématiquement tuer sur tels ou tels critères…

Thierry Barbaut