Scandale “BlackFace” en Afrique du Sud

Deux jeunes étudiantes se sont déguisées en domestiques noires publiant les clichés sur Internet du BlackFace, l’Afrique du Sud s’indigne…

Le “Blackface” est le fait de se peindre la peau pour imiter les noirs, deux étudiantes de l’université de Pretoria se sont permises cette scène qui tourne maintenant sur les réseaux sociaux et dans toute la presse d’Afrique du Sud.

Blackface Afrique du SudMême si l’affaire prend une tournure disproportionnée, il est vrai que l’intelligence n’est pas le maitre mot de cette blague.

De nombreux journaux ont immédiatement publié les photos de cette mauvaise plaisanterie. Le débat sur l’éducation et le racisme est déjà houleux alors forcément l’ensemble de la presse en profite…

les femmes domestiques sont noires avec de grosses fesses…

Les deux étudiantes on prises ses photos avec leurs mobiles lors d’une soirée anniversaire pour les 21 ans d’une amie, elles arborent des tenues de domestiques, leurs peau à été noircies et leurs derrières sont modifié afin d’être démesurés signifiant clairement que les femmes domestiques sont noires avec de grosses fesses…

Le président du Congrès des étudiants sud-africain (Sasco) a directement critiqué ces images qu’il trouve « racistes à l’extrême » .

Il évoque un blackface« incident qui ridiculise les femmes noires de la classe ouvrière » et « renforce les stéréotypes racistes ».

 

L’université de Pretoria en cause ?

Le Sasco s’en prend aussi violemment à l’université sud-africaine. L’institution fondée sous l’apartheid est accusée de véhiculer aujourd’hui encore des idées nauséabondes.  université de Pretoria, enseigne aux jeunes blancs le manque de respect et la moquerie envers les noirs qui souffrent », a déclaré le président du Sasco.

La commission sud-africaine des droits de l’homme enregistre chaque année des dizaines de plaintes pour des actes racistes commis au sein de l’université. Une enquête a été ouverte suite à cette nouvelle affaire.

La réaction de l’université ne s’est pas fait attendre, elle a annoncé que les deux étudiantes avaient été exclues de leur résidence universitaire. Pour l’heure, par contre elles assistent toujours aux cours.

Thierry Barbaut