Tunisie: Le pays cible des réseaux terroristes islamique

Après une semaine d’affrontements et de traque de groupuscules  jihadistes, les événements de  Jebel Chaambi contraignent les autorités  tunisiennes à voir la réalité  en face : la menace terroriste doit être prise au  sérieux.

terrorisme-tunisieIl aura fallu 7 jours de traque et 9 blessés graves parmi les forces de l’ordre pour arriver à  débusquer de leurs maquis 37 terroristes, dont 20 (et parmi ces derniers, 11  Algériens) sont encore retranchés sur le mont Chaambi, selon les dernières  informations rendues publiques par les ministères de l’intérieur et de la  Défense, mardi 7 mai.

Bien que Lotfi Ben Jeddou, ministre de l’Intérieur, affirme que les  terroristes ont tous été identifiés, l’anxiété n’est toujours pas retombée en  Tunisie, où l’on parle désormais de complot contre la sûreté de l’État.

Les  affrontements entre jihadistes armés et forces de sécurité dans la réserve  naturelle de Chaambi, à 15 kilomètres de Kasserine (Centre Ouest) et à quelques encablures de l’Algérie, soulignent que la menace terroriste ne s’est pas évaporée après la révolution,  bien au contraire.

Déni

jihadistes-tunisienLes autorités algériennes, ainsi que les habitants de la zone frontalière,  avaient pourtant alerté les autorités sur l’existence de camps d’entraînement.  Mais le gouvernement tunisien avait, en décembre 2012, préféré nier la réalité.  Organisées, équipées, bien encadrées et déterminées, les recrues des mouvements  jihadistes bénéficient clairement de soutiens financiers et logistiques ainsi  que de complicités locales.

Reste que si les événements de Chaambi retiennent  l’attention parce qu’inédits et spectaculaires – les flancs de la montagne ont  été truffés de mines anti personnel -, le terrorisme n’est pas nouveau en Tunisie.

Depuis les accrochages de Rouhia, en mai 2011, et de Bir Ali Ben Khlifa, en février  2012, les combattants salafistes ont mené différentes opérations, au premier  rang desquelles l’attaque de l’ambassade américaine en septembre 2012. À  plusieurs reprises, ils ont également pris les armes contre les représentants de  l’ordre, affirmant ainsi leur rejet total des institutions et de l’État. 

Contrebande

Ces groupuscules armés, liés la nébuleuse terroriste internationale, dont Al-Qaïda  au Maghreb islamique (Aqmi), visent une déstabilisation régionale au nom de  la volonté divine supposée d’instaurer un califat. Or la Tunisie est confrontée  aux faiblesses inhérentes à la phase de transition démocratique dans laquelle  elle est engagée.

La dissolution, au lendemain de la révolution, de la direction de la sécurité  de l’État, la suspension de la loi anti-terroriste, le maintien de l’état  d’urgence qui implique une mobilisation constante de l’armée, la circulation de  quantité importantes d’armes de contrebande et l’absence de fermeté du  gouvernement à l’égard des extrémistes ont créé un terrain favorable à la  prolifération de groupuscules jihadistes. Mais une chose est désormais certaine  : les forces de l’ordre ne sont pas partisanes. Leur comportement patriote et  républicain, malgré leur sous-équipement et leur manque de formation, est à  saluer.

Sources: JeuneAfrique.com

Thierry Barbaut #Afrique #Numérique #innovation #impact #ODD. Directeur des écosystèmes innovants chez TACTIS. Expert en plateformes digitales de financement orienté projet et impact, économie, innovation, startup, entrepreneuriat, ODD, smartCity, e-Government. Observateur engagé et passionné de l'écosystème numérique en Afrique depuis 20 ans il est conseiller pour des entreprises, états, fondations ou banques. Auteur et conférencier sur l'Afrique, les sujets d'innovation et les nouvelles technologies, jury et instructeur sur les challenges pour les entreprises françaises et africaines de l'innovation. Thierry Barbaut a fondé Info Afrique en 2008 avec objectif de valoriser de manière positive l'économie et le numérique sur le continent. Thierry Barbaut a effectué plusieurs centaines de déplacements dans plus de 38 pays en Afrique.