Télécoms et développement

Le nombre d’utilisateurs présents sur le marché africain de la téléphonie mobile a doublé en 5 ans, passant de 30% en 2011 à 65% en 2016

Ce boom semble en étonner certains.
Et pourtant, la communication a toujours été au cœur de notre culture africaine.  Comme il est écrit dans la Déclaration de Yaoundé de juillet 1980 sur la politique de communication africaine : « les formes de communication traditionnelles et interpersonnelles ont toujours été de puissants instruments de transmission du savoir et des valeurs de nos sociétés ».
A l’ère du digital, la téléphonie mobile réinvente les modes de communication des populations africaines et se veut vecteur de développement pour le continent.

L’Afrique se réinvente

Etrangement, la période de croissance du marché de la téléphonie mobile en Afrique coïncide également avec l’arrivée d’applications VOIP, bas débit et simple d’utilisation, comme BBM, Viber, WhatsApp… Pas si étrange que ça !

Avec ces applications qui permettent de communiquer de façon instantanée par le biais d’internet, plus besoin de dépenser dans des recharges téléphoniques allant de 500 FCFA à 10 000 FCFA pour passer des appels nationaux et internationaux.

jeune africain avec un téléphone mobile en Guinée Conakry près de Dalaba
jeune africain avec un téléphone mobile en Guinée Conakry près de Dalaba

Prenons l’exemple de l’application WhatsApp qui, depuis son rachat par Facebook en début d’année 2015, compte désormais plus de 800 millions d’utilisateurs actifs dans le monde. Une enquête réalisée par Kouaba Agency (agence digitale camerounaise) montre que 73% des jeunes africains préfèrent WhatsApp aux SMS et 52% préfèrent l’application aux appels traditionnels.

Pour les plus pessimistes d’entre nous, ces services de téléphonie sont une menace pour les opérateurs de télécommunications tandis que pour d’autres, elles offrent de nouveaux axes de développement en Afrique : l’Internet mobile haut débit ou la téléphonie en milieu rural.

 

Développement des réseaux de télécommunications

Pour les « non-initiés », pas simple de visualiser télécommunications et développement du continent. Et pourtant ! Les télécoms peuvent se révéler créateurs d’emplois et de richesse dans différents secteurs d’activité. Par exemple, au Kenya, l’application M-Farm lancée en 2015, permet de connecter des agriculteurs entre eux afin de leur permettre d’échanger des informations sur les prix fixés par le marché et les produits « phares » et de vendre leur récolte, le tout grâce aux SMS.

L’Afrique est connue pour la richesse de ses sols qui mal exploitée jusqu’à présent, ne permet pas de garantir un emploi durable et un niveau de vie décent aux populations rurales, qui préfèrent alors partir en « quête de l’Eldorado » dans les grandes villes.

Hormis l’agriculture, les télécoms peuvent intervenir dans d’autres secteurs clés comme celui de l’énergie, des transports, de la domotique et contribuer au développement économique et social du continent. Mais cet objectif ne peut être atteint sans le renforcement des réseaux de télécommunications.