Soudan: Au revoir à la langue arabe

Lorsque le Soudan du Sud s’est séparé du Soudan en juillet dernier, le nouveau pays n’a pas seulement dit au revoir aux anciens dirigeants à Khartoum. Il a aussi laissé tomber l’arabe comme première langue. Mais l’introduction de l’anglais prendra du temps.

Arne Doornebal, Juba

“Good morning, sir!” Soixante élèves de l’école primaire répondent en anglais lorsque Santos Okot (31), leur instituteur, entre dans sa classe. Il leur demande de s’asseoir. Les enfants répondent en chœur : “Thank you, sir!”

L’année scolaire vient de commencer à l’école catholique St. Joseph, dans le centre de Juba, la capitale sud-soudanaise. Les écoles sud-soudanaises sont ouvertes entre fin avril et fin décembre. “A la maison ces enfants parlent l’arabe. Ils l’entendent dans la rue et au marché. Donc ce n’est pas facile de leur apprendre l’anglais”, dit l’instituteur.

L’anglais est la première langue de Monsieur Okot. “Pendant la guerre au Soudan du Sud, j’étais en Ouganda et j’ai aussi étudié là-bas”, dit-il. C’est dans ce pays anglophone qu’il a appris à maîtriser cette langue. “Je parle aussi l’arabe mais je ne peux ni le lire ni l’écrire.” Des dizaines de milliers de Sud-Soudanais ont été éduqués dans des camps de réfugiés en Ouganda pendant le conflit, qui a duré 22 ans.

Nouveau curriculum
Bien que le Soudan du Sud soit devenu indépendant il n’y a que 10 mois, le curriculum en anglais a été introduit il y a 7 ans. En janvier 2005, les rebelles sud-soudanais et le gouvernement soudanais ont signé un accord de paix qui a mis fin à la guerre. Le Soudan du Sud est devenu autonome et l’une des clauses de l’accord de paix stipulait que l’anglais deviendrait la langue principale dans le sud.

“En 2006, tous les élèves en première année de l’école primaire ont reçu des nouveaux manuels en anglais,” explique John Wani, directeur de l’école St. Joseph. “A la fin de l’année scolaire, en 2007, ils ont commencé à se servir des nouveaux livres pour la deuxième année. Cela veut dire que l’an prochain tous les élèves du primaire seront soumis au niveau curriculum.” L’année 2012 sera donc la dernière année durant laquelle les anciens livres en arabe serviront.

Former les enseignants
La transition linguistique pourrait être plus difficile en raison du faible niveau d’éducation dans le pays le plus jeune au monde. Seulement 27% des adultes et 18% des femmes dans le Soudan du Sud savent lire et écrire. “Apprendre une langue est difficile pour les adultes”, admet le directeur, monsieur Wani. Six enseignants sur vingt-sept ne parlent pas l’anglais. Ils sont en formation mais les progrès sont lents. Je devrais peut-être les envoyer en Ouganda ou au Kenya pour accélérer le processus.”

Pour Santos Okot, l’instituteur, les Soudanais du Sud sont avides d’apprendre. “Les week-ends, les gens viennent me voir et me demandent si je veux leur donner un enseignement. Je leur donne des leçons d’anglais en dehors des heures de cours. Parfois ils me paient pour mes services.”

Source: Radio Nederland Afrique

Thierry BARBAUT - Numérique, économie, Afrique et développement
Thierry Barbaut est expert en stratégie numérique sur les projets en Afrique - #innovation #Afrique #Digital - Directeur Numérique et communication digitale de l'ONG La Guilde et l'Agence des Micro Projets depuis 2013. 20 années de pilotage de projets dans plus de 40 pays: eau, santé, éducation, agriculture, énergies renouvelables, entrepreneuriat et numérique. Auteur et conférencier sur l'Afrique et le numérique.