Sénégal : le M23 lance « l’assaut final » contre Wade

Le Mouvement du 23 juin (M-23), un groupement de l’opposition et des organisations de la société civile, envisage diverses actions dans la banlieue de Dakar et à l’intérieur du pays, à partir de lundi prochain, en vue d’un retrait définitif de la candidature du président Abdoulaye Wade pour un troisième mandat.

“Dès le 23 janvier, nous allons organiser une grande manifestation dans la banlieue de Dakar, à Guédiawaye plus précisément pour imposer au président (Wade) le retrait de sa candidature”, a annoncé Alioune Tine, coordonnateur du M-23, au cours d’un point de presse, mardi à Dakar.

Cette rencontre avec les journalistes était précédée par la conférence des leaders du mouvement contestataire. Des chefs de coalitions de partis, des personnalités indépendantes et plusieurs candidats déclarés ont pris part à cette rencontre préparatoire à cette série de manifestations.

“Tous les leaders sans exception ont réaffirmé le combat de continuer la lutte jusqu’au bout. C’est un tournant décisif’’, a insisté M. Tine, parlant “d’assaut final contre la candidature de Me Wade”.

Pour lui, ce sera une première mobilisation dans la banlieue. “Des caravanes vont circuler à travers Pikine et Guédiawaye, parce que c’est la première fois que nous organisions dans la banlieue. Ces mêmes caravanes vont sillonner les villes de l’intérieur et jusqu’aux villages pour sensibiliser sur cette manifestation”, a-t-il expliqué.

Selon les responsables du mouvement du 23 juin, cette série de manifestation va se poursuivre un peu partout dans le pays jusqu’au 29 janvier prochain, date à laquelle le Conseil constitutionnel doit publier les candidatures à la présidentielle du 26 février prochain.

“Il n’y aura pas de répit jusqu’à cette date très attendue et si d’aventure, les juges constitutionnels vont valider la candidature, nous allons le considérer comme un coup d’Etat constitutionnel”, a souligné, ferme, le coordonnateur du M-23.

Au Sénégal, la candidature est l’objet d’une vive controverse entre la majorité présidentielle, qui la soutient sans réserve, et l’opposition et la société civile réunies au sein du M-23, qui la combattent vivement. La majorité présidentielle renforcée par les conclusions de juristes internationaux qui ont pris part à un séminaire organisé à cet effet à Dakar, ont affiché de leur volonté de la défendre fermement. Ainsi les parties soulignent l’importance de l’avis que doit rendre le Conseil constitutionnel sur la validité de la candidature du président Wade à un nouveau mandat.

Le M-23, mouvement baptisé d’après la grande manifestation de l’opposition et des organisations de la société civile du 23 juin 2011, qui avait contraint le président Abdoulaye Wade à retirer un projet de loi de modification de la constitution, par voie parlementaire, pour instaurer un ticket vice-président et président de la République, et ce dernier serait éligible avec 25% des suffrages exprimés.

http://www.afriscoop.net