Un record pour l’Africa Code Week

L’Africa Code Week (ACW) 2018 a dépassé toutes les attentes en permettant à 2,3 millions de jeunes sur 37 pays de s’initier au code informatique et aux compétences numériques. C’est un million de plus que lors de l’édition précédente qui avait réuni 1,3 million de jeunes autour de l’apprentissage numérique.

Selon Cathy Smith, directrice générale de SAP Afrique, le succès retentissant d’Africa Code Week en dit long sur les besoins véritables et attentes légitimes des jeunes Africains : « ils ont certes besoin d’opportunités, mais ils ont avant tout besoin qu’on leur enseigne les premiers pas pour pouvoir les saisir. Ils ont besoin de modèles, d’être guidés, d’un cadre, d’espaces d’apprentissage sûrs. »

Le renforcement des capacités pédagogiques comme pierre angulaire de l’éducation numérique en Afrique

Après une première phase centrée sur l’alphabétisation numérique et l’éveil des consciences quant à l’importance de telles compétences au 21ème siècle, les partenaires clés ont mis l’accent sur l’impact durable de l’initiative en 2018, redoublant d’efforts pour renforcer les capacités pédagogiques en étroite collaboration avec les gouvernements, écoles et ONG. 23 000 enseignants ont ainsi pu être formés sur le programme d’apprentissage numérique ACW en amont des événements du mois d’octobre. Le Maroc, qui utilise Africa Code Week comme levier pour la formation de ses enseignants à l’échelle nationale depuis 2015, se distingue à nouveau cette année avec un record de 5 208 enseignants formés en 2018. Viennent ensuite la Tunisie et le Nigéria avec un total respectif de 2 800 et 2 553 enseignants formés cette année.

« Il n’y a qu’un seul moyen de mettre les promesses de la Quatrième révolution industrielle entre les mains de la jeune génération : c’est à travers un point de référence, et ce point de référence, c’est l’enseignant, » explique Davide Storti, coordinateur de l’initiative YouthMobile au sein de la division des sociétés du savoir de l’UNESCO. « Nous nous réjouissons à l’idée de poursuivre le dialogue avec les gouvernements pour que le réseau et les puissants partenariats noués dans le cadre d’Africa Code Week se traduisent en programmes durables qui encouragent l’acquisition des compétences numériques par les jeunes. »

Implication croissante des acteurs clés de la société

Lancée en 2015 par le département de Responsabilité sociétale d’entreprise EMEA de SAP et déjà lauréate de plusieurs prix internationaux, ACW a lieu tous les ans au mois d’octobre. L’initiative compte aujourd’hui sur le soutien de l’UNESCO à travers son initiative YouthMobile, de Google, du Ministère fédéral allemand de la coopération et du développement économique (BMZ), du Cape Town Science Centre, du Camden Education Trust, de 28 gouvernements africains, de plus de 130 partenaires locaux et de 120 ambassadeurs répartis sur tout le continent.

Pour Alexandra van der Ploeg, Directrice globale de la responsabilité sociétale d’entreprise chez SAP, “l’une des forces d’Africa Code Week tient dans sa capacité à forger des partenariats stratégiques autour du renforcement des capacités pédagogiques. » Il s’agit là selon elle « d’une solide pierre angulaire pour atteindre le quatrième Objectif de développement durable des Nations Unies (‘Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité’), mais aussi le dix-septième qui vise à renforcer les partenariats internationaux pour le développement durable. Cette quatrième édition d’Africa Code Week fut marquée par un élan de collaboration sans précédent entre les acteurs du public et du privé, mais aussi des ONG, permettant de former plus d’enseignants et de toucher plus de jeunes que jamais auparavant. »

Soutenant ACW pour la troisième année consécutive, Google a augmenté son enveloppe de subventions pour pouvoir aider davantage de structures à former et inspirer la prochaine génération de travailleurs numériques en Afrique. 53 associations ont ainsi reçu une subvention Google en 2018 pour organiser des formations de formateurs et des ateliers d’initiation au code en zone urbaine et rurale. Plus de 100 000 jeunes (dont 57% de filles) sur 11 pays africains ont ainsi pu être exposés à l’informatique et à la programmation grâce à ces subventions.

Donner confiance aux filles, rapprocher ceux qui sont éloignés

Sur les 2,3 millions de participants de cette quatrième édition, plus de 46% sont des filles, ce qui en dit long sur l’appétence des jeunes Africaines pour les compétences numériques. D’autres subventions ont été accordées cette année par BMZ, autre partenaire clé et soutien d’ACW depuis 2016 dans le cadre de l’initiative #eSkills4Girls : 20 subventions BMZ ont été accordées à des organismes sur 15 pays émergents et en développement, permettant à 13 791 filles d’être initiées aux compétences numériques et aux perspectives d’emploi qui y sont liées. SAP, l’UNESCO et BMZ/GIZ ont par ailleurs redoublé d’efforts en 2018 pour mieux appréhender les questions d’égalité des genres au sein du programme de formation des enseignants pour Africa Code Week.

« La représentation féminine au sein des entreprises africaines relevant du secteur STEM peine à dépasser les 30%. Seuls de puissants partenariats public-privé sont capables d’inverser la courbe, de créer des opportunités plus équitables pour la jeunesse africaine et de leur permettre de contribuer à l’essor économique du continent, » conclut Sunil Geness, Directeur des relations gouvernementales et de la RSE chez SAP Afrique et coordinateur global de l’initiative ACW en 2018.

D’autres partenaires ont uni leurs forces cette année pour permettre aux jeunes vivant dans des zones reculées ou nécessitant une attention spéciale de participer à l’initiative. Au Botswana par exemple, plus de 150 enfants ont pu écrire leurs premières lignes de code grâce à du matériel informatique à énergie solaire. La compagnie minière Debswana a quant à elle choisi d’aligner sa propre stratégie RSE sur Africa Code Week, permettant ainsi de former 1 181 jeunes autour de la seule mine d’Orapa. Au Mozambique, les bénévoles ACW ont travaillé aux côtés d’INAGE et de Mapal pour former des enseignants d’établissements spécialisés, qui à leur tour ont pu initier des centaines d’étudiants sourds et malentendants aux compétences numériques. Au Cameroun, enfin, des formations de formateurs ont été organisées pour des enseignants malvoyants en octobre 2018 au CMPJ de Yaoundé.

Pour consulter les résultats de l’édition 2018 d’Africa Code Week, rendez-vous sur https://africacodeweek.org/past-editions/2018-results/. Pour en savoir plus sur SAP Afrique, rendez-vous sur le SAP News Center ou sur Twitter @sapnews et @africacodeweek.t

À propos d’Africa Code Week Lancée en 2015 par le département de Responsabilité sociétale d’entreprise EMEA de SAP dans le cadre de son engagement sociétal pour soutenir la croissance en Afrique, Africa Code Week est une initiative de développement des compétences numériques ayant touché plus de 4 millions de jeunes à ce jour. Les partenariats sont la pierre angulaire de l’initiative et de sa capacité à inscrire son impact pédagogique dans la durée afin de réduire la fracture des compétences et les disparités entre les sexes à l’échelle de tout un continent. Africa Code Week compte aujourd’hui sur le soutien de partenaires clés (l’UNESCO à travers son initiative YouthMobile, Google, le Ministère fédéral allemand de la coopération et du développement économique (BMZ), le Cape Town Science Centre, le Camden Education Trust) de 28 gouvernements africains, de 130 partenaires locaux et de 120 ambassadeurs répartis sur tout le continent. 2,3 millions de jeunes ont pu bénéficier des ateliers Africa Code Week lors de la quatrième édition qui s’est déroulée sur 37 pays au mois d’octobre 2018. Rendez-vous sur www.africacodeweek.org pour rejoindre l’aventure aux côtés de SAP et de ses partenaires.


À propos de SAP
En tant que leader du marché des logiciels, SAP (NYSE : SAP) aide les entreprises de toutes tailles à mieux fonctionner. Des activités administratives à la salle de réunion du Conseil, de l’entrepôt au magasin avec pignon sur rue, de l’ordinateur de bureau à l’appareil mobile, SAP permet aux personnes et aux entreprises de travailler ensemble plus efficacement et d’utiliser leur compréhension des activités économiques de manière plus efficace pour devancer la concurrence. Les applications et services SAP permettent à plus de 345.000 clients de travailler de manière rentable, de s’adapter en permanence et de croître durablement. Pour obtenir de plus amples informations, consultez le site www.sap.com.