Les Pigeons: mouvement de défense des entrepreneurs français qui donne des idées en Afrique…

La page Facebook “Les Pigeons: mouvement de défense des entrepreneurs français.” annonce fièrement aujourd’hui Dimanche ses 60 000 abonnés…
Un succés incroyable quand on sait que la page a été crée il y a… Une semaine !

Effectivement, suite à de nouvelles lois sur la fiscalité en France, de nombreux entrepreneurs se sont rassemblés afin de défendre leurs droits et de faire entendre le mécontentement de la fiscalités des entreprises en France.
Face au projet de Loi de Finances 2013 du gouvernement, des milliers d’entrepreneurs se mobilisent pour que l’entrepreneuriat en France puisse continuer à exister. Le mot d’ordre “ça suffit”…
Un seuil est atteint et ne semble plus tolérable.

Focus sur ce mouvement qui donne des idées en Afrique dans de nombreux pays

Vidéo du journal de France 2:

MANIFESTE DES PIGEONS

01/10/12 Nous partîmes cinq cents; mais par un prompt renfort Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, Tant, à nous voir marcher avec un tel visage, …
Les plus épouvantés reprenaient de courage !
Ces quelques vers de Corneille expliquent assez bien comment notre mouvement est né.
Vendredi soir, il ne s’agissait encore que de quelques entrepreneurs réunis sur une page Facebook, tous choqués par l’annonce de la Loi de Finances 2013 qui résonnait comme une condamnation à mort des entrepreneurs français.
Après seulement quelques heures et grâce à la magie des réseaux sociaux plus de 3,000 sympathisants ont manifesté leur soutien et ce qui n’était à l’origine qu’un coup de gueule est devenu un mouvement. Le gouvernement doit désormais faire face à la colère des Pigeons. Quelques élites bien-pensantes ont déjà critiqué notre manque de stratégie, d’organisation ou de pragmatisme expliquant que nous avions tort d’agir de la sorte et que tout cela ne mènerait à rien.

Peu importe… force est de constater que les organisations sensées protéger l’entrepreneur, démontrent aujourd’hui toute leur impuissance. Nous croyons quant à nous en la puissance des médiaux sociaux que nous maîtrisons parfaitement et sommes persuadés que la mobilisation générale initiée ici va faire comprendre au gouvernement qu’il se trompe de combat en s’attaquant aux entrepreneurs.

Nous avons conscience du caractère novateur et dérangeant de notre mouvement et quitte à surprendre encore plus, sachez que nous ne donnons à nos sympathisants AUCUNE consigne particulière, nous n’avons et n’aurons AUCUNE représentation officielle, AUCUNE appartenance politique, AUCUN porte-parole ou plutôt des milliers. Nous ne recherchons AUCUNE notoriété individuelle et ceux qui agissent sur cette page ne le font qu’en tant que Community Managers au service du collectif, relayant l’information et les initiatives de plus en plus nombreuses de ceux qui se sont sentis pris pour des Pigeons.
Nous avons en revanche des revendications claires.

Après un dialogue nourri ce week-end entre entrepreneurs sympathisants, nous souhaitons maintenant que l’actuel Projet de Loi de Finances soit amendé et que les mesures qui condamnent à mort l’économie et la croissance de notre pays soient supprimées, à savoir:

1/ La taxation à plus de 60% des plus-values de cession de nos entreprises qui se voient en l’état alignées sur le barème de l’Impôt sur le Revenu. Cette mesure conduit, par exemple, un entrepreneur cédant son entreprise après 10 ans de labeur, d’incertitudes, de hauts et de bas, de semaines de 70 heures… à payer 45% (taux marginal de l’IRPP) +15,5% (CSD/CRDS) soit plus de 60% sur la plus-value de cession. Nous sommes ici dans le dogme anti-capitaliste, l’anti-économique, le «brisage de rêve», la démotivation quasi-sadique, le “je-ne-sais-quoi-qui-donne-la nausée”…

Le gouvernement doit comprendre que l’investissement des entrepreneurs dans l’économie ne peut être comparé à celui qui est fait dans d’autres secteurs comme l’immobilier, l’art ou la bourse ne générant quant à eux que peu d’emploi et nous rappelons au gouvernement que 80% des emplois créés ces dernières années l’ont été dans nos PMEs.

2/ L’augmentation assassine des charges sociales pour les auto-entrepreneurs désormais alignées sur les autres statuts d’entrepreneurs individuels. Faut-il rappeler au gouvernement qu’aujourd’hui un entrepreneur sur deux crée son entreprise sous la forme de l’auto-entrepreunariat générant plus de 4Mds d’euros de chiffre d’affaire par an et se payant dans la plupart des cas en dessous du SMIC ? Cette mesure absurde, anti-sociale et anti-croissance pénalise des travailleurs déjà précarisés et ne manquera pas de faire retourner dans la clandestinité des centaines de milliers d’entrepreneurs privant du même coup la France de recettes fiscales importantes.
A ce jour les auto-entrepreneurs ont généré plus de 1 milliard d’euros de recettes dans les caisses de la Sécurité Sociale.

La mobilisation des Pigeons ne cessera que lorsque ces revendications auront été sérieusement prises en compte par le gouvernement et que les mesures présentées plus haut auront été définitivement supprimées de la Loi de Finances 2013. A la presse, aux partis politiques, aux syndicats et autres structures diverses, il est inutile de chercher à entrer en contact avec nos « représentants », nous n’en avons pas. Nous ne sommes qu’une conséquence et l’on ne négocie pas avec les conséquences.

Nous sommes la conséquence de la politique anti-économique du gouvernement qui a décidé de prendre les milliers d’entrepreneurs de ce pays pour des Pigeons et d’anéantir l’esprit d’entreprendre faisant dès lors courir un risque majeur pour la France.

Les Pigeons.

Avis et interview du sénateur PS Gérard Collomb paru dans l’Usine Nouvelle:

Le sénateur PS et maire de Lyon a déclaré qu’imposer de la même manière le capital et le travail risquait de décourager la création d’entreprise par les jeunes et de tuer l’innovation en France. La contestation lancée par les pigeons entrepreneurs a en outre produit ses premiers effets, des représentants doivent être reçus à Bercy ce jeudi 4 octobre.

 

Les pigeons entrepreneurs doivent roucouler de plaisir. Alors que le ministre de l’Economie Pierre Moscovici a laissé entendre ce matin du 4 octobre qu’il faudrait revenir sur les mesures de nature à dissuader l’investissement dans les jeunes entreprises, c’est au tour de Gérard Collomb de caresser dans le sens des plumes ce mouvement né de la contestation du projet de loi de finances (PLF) 2013.

“Si on n’encourage pas le risque, on tuera l’innovation dans le pays”

“Je pense qu’il faut faire attention aux fondamentaux de base. Si on impose de la même manière le capital et le travail, des jeunes qui vont sortir de leurs études vont avoir intérêt à intégrer des entreprises comme salariés, plutôt que de monter une start-up avec leur argent et celui de leur famille”, a déclaré le sénateur PS et maire de Lyon

Gérard Collomb poursuit : “Si on n’encourage pas le risque, on tuera l’innovation dans le pays. C’est pourquoi je comprends certaines réactions, et je n’hésite pas à le dire publiquement.”

Les pigeons reçus à Bercy, la manifestation annulée

Les ministres de Bercy, dont Pierre Moscovici et la ministre déléguée aux PME Fleur Pellerin, doivent recevoir des représentants des entrepreneurs mécontents cet après-midi. La CGPME sera présente à cette réunion.

Premier signe d’apaisement, les pigeons entrepreneurs ont fait savoir sur leur page facebook qu’ils annulaient la manifestation initialement prévue à Paris le dimanche 7 octobre.

Deux pistes d’aménagement à l’étude

A l’antenne de RMC ce jeudi matin, Fleur Pellerin a précisé que des aménagements fiscaux étaient à l’étude pour les créateurs d’entreprises. La ministre a notamment évoqué un système de modulation de l’abattement prévu pour les créateurs d’entreprises qui réinvestissent 80% de leur plus-value.

Le gouvernement pourrait aussi “accélérer dans le temps” l’abattement qui encourage la détention longue de titres, “pour que vous puissiez bénéficier du dispositif plus tôt”. En clair, dans l’état actuel du PLF, un entrepreneur n’aurait pas bénéficié de l’abattement maximum de 40% avant 2025, la durée de détention n’étant mesurée qu’à partir de 2013.

Premières discussions à l’Assemblée le 15 octobre

En attendant les premiers débats autour du projet de budget qui commenceront le 15 octobre à l’Assemblé, les pigeons pourront donc se féliciter de cette première victoire. En moins d’une semaine, ce mouvement de contestation, inédit dans sa forme, est parvenu à faire reculer le gouvernement. On connaissait la pression de la rue, il faudra désormais compter sur celle des réseaux sociaux.

Le site des Pigeons: http://defensepigeons.org/
La page Facebook des Pigeons: https://www.facebook.com/lespigeonsentrepreneurs

Thierry Barbaut
www.info-afrique.com