L’Appel du Peuple de Valsero

Le Général Valsero, de son vrai nom Serval Gaston Abe, revient avec un 3e album l’Appel du peuple, paru le 30 octobre dernier. Avec des titres comme Je porte plainte et Démissionnez le rappeur reste fidèle à sa réputation d’artiste engagé et milite toujours pour une plus grande implication des jeunes en politique.

Info Afrique : On connaissait votre Lettre au président, (ndlr : l’un de ces morceaux les plus connus), vous sortez l’Appel du Peuple. A qui vous adressez-vous cette fois ? Valsero : L’Appel du Peuple, c’est ma version de ce que serait l’appel du peuple camerounais. C’est en fait une parodie du slogan de campagne du président de la République (ndlr : lors des présidentielles de 2011). J’ai donc fait un album l’Appel du Peuple qui pour moi serait ce que le peuple attend en réalité. Cela m’a vraiment choqué ce slogan : un peuple ne peut pas “misérer” à ce point, vivre un stade de pauvreté intense, avoir une politique qui balbutie autant et s’entendre dire qu’il (le peuple) lui demande de revenir ! C’est insultant ! Voilà, j’ai voulu répondre à cela et dire que le peuple a d’autres aspirations.

Quittes les choses

Valsero
L’appel du peuple
2012

Pensez-vous encore pouvoir rassembler les Camerounais autour de votre engagement citoyen à l’heure où le régime de Paul Biya fête ses 30 ans dans l’indifférence générale ? Le Président, ça fait 30 ans qu’il a inoculé le virus de l’inertie dans la population. Ce n’est pas en deux jours ou en trois ans que l’on va régler ça. Il faut déconstruire. Il y a un problème de confiance criarde entre les populations et ceux qui les dirigent. Chaque fois qu’un dirigeant parle de vote au Cameroun par exemple, les gens assimilent voter à donner sa voix au RDPC. Ils ont réussi à faire croire ça aux populations. On ne peut pas enlever aux Camerounais la citoyenneté. Pour être sur le terrain (ndlr : Valsero sensibilise au sein de son mouvement, les Enfants de la Révolution, les jeunes à aller s’inscrire sur les listes électorales), je peux vous dire que n’importe quel Camerounais peut être convaincu d’aller s’inscrire sur les listes électorales. On a eu 30 ans d’éducation contraire mais nous n’aurons pas besoin de 30 ans d’éducation pour aller dans le sens inverse. Cela prendra juste un peu de temps.

Vous signez Démissionnez à l’adresse du président de la République avec l’artiste Lapiro de Mbanga ou encore Quittes les choses. Des textes très incisifs… Au fil de vos albums, comment appréciez-vous la liberté d’expression au Cameroun ? Je ne me prends pas pour celui qui garantie la liberté d’expression au Cameroun. Il ne faut pas oublier qu’il est interdit de manifester par exemple. Mais aujourd’hui, on ne plus arrêter un tweet, une image sur Facebook. Alors je veux juste montrer à ma génération que dans ce monde moderne, on peut s’exprimer et bénéficier de cette liberté. Des gens me citent comme étant un garant de la liberté d’expression. Ça me choque beaucoup car derrière, ils interdisent des concerts.

Faites-vous encore de la chanson ou êtes-vous passé à la politique à présent ? Je fais de la chanson politique. Je suis de ceux qui pensent qu’il faut réfléchir. Et réfléchir, c’est faire de la  politique. Au Cameroun, il y a des artistes qui commencent leur chanson par une dédicace à Paul Biya, la Première dame ou un ministre. C’est de la politique ça aussi ! En fait, je suis engagé aux côtés du parti de la jeunesse, des idées nouvelles (rires). Je pense aujourd’hui qu’il faut voter, il faut que les jeunes aient la culture électorale. Chaque fois que j’envoie un jeune s’inscrire sur une liste électorale je suis content. Qu’il aille voter pour le RDPC, la chèvre ou le mouton, ce n’est pas mon problème !

Musicalement qu’apporte ce nouvel album à votre répertoire? J’y ai mis beaucoup de musicalité. Mes deux premiers albums étaient moins musicaux, je n’avais pas beaucoup de featuring non plus. Cette fois, j’ai voulu m’ouvrir à l’art, à la musicalité. Entre temps, j’ai grandi et j’ai voulu prendre la responsabilité de faire travailler d’autres jeunes. J’ai donc montré ce que j’avais en stock comme artistes talentueux : Sanzy Vianey, Danielle EOG, Prosby etc.

Des projets immédiats ? Je suis sur un tas de choses. A côté de mon travail au sein de MD4 (sa structure de communication). Le 23 novembre on présente l’album l’Appel du peuple en show case puis en concert en début d’année prochaine dans plusieurs villes du Cameroun.

Valsero L’Appel du peuple 2012
Page Facebook de Valsero