Internet : lien sous-marin entre l’Afrique et l’Amérique du Sud

Un tournant décisif pour l’internet en Afrique : L’installation du premier lien sous-marin direct entre l’Afrique et l’Amérique du Sud commence en Angola

L’installation de SACS est considérée comme un projet stratégique pour l’Angola faisant progresser l’économie numérique de la région et améliorant les communications mondiales

L’achèvement du premier lien direct entre l’Afrique et l’Amérique du Sud a pris de l’ampleur aujourd’hui lors d’un lancement officiel à Sangano, en Angola. L’installation du système de câble de l’Atlantique Sud (SACS) – un câble sous-marin avec une capacité de 40 tbps qui s’étendra sur plus de 6 500 km à Fortaleza, au Brésil – a commencé sur la côte angolaise dans la municipalité de Quissama. Le système SACS est en cours de construction par NEC Corporation (http://za.nec.com).

José Carvalho da Rocha, le ministre angolais des Télécommunications et Technologies, les chefs d’entreprise locaux et internationaux, ainsi que les actionnaires et invités de d’Angola Cables ont assisté au lancement. L’installation de SACS est considérée comme un projet stratégique pour l’Angola faisant progresser l’économie numérique de la région et améliorant les communications mondiales.

Lorsque l’ensemble du réseau sera terminé, ainsi que des éléments associés tels que les centres de données et les points d’échange d’Internet, le SACS offrira un changement de paradigme dans le secteur des télécommunications d’Afrique. Selon António Nunes, PDG de Angola Cables (www.AngolaCables.co.ao): « Pour les Angolais, le temps d’accès au contenu disponible en Amérique – le plus grand centre de production et d’agrégation de contenus et de services numériques – sera cinq fois plus rapide ». Actuellement, il faut environ 300 millisecondes pour se connecter entre l’Angola et le Brésil. Avec SACS, la latence – le délai entre un paquet de données envoyé et reçu – devrait être réduite à environ 60 millisecondes.

« L’Angola devient l’un des centres de télécommunication en Afrique subsaharienne », a ajouté Nunes. « Les systèmes de câbles actuels, comme WACS, avec les systèmes de câbles SACS et Monet, complétés par des centres de données locaux, améliorera la connectivité, mais bénéficiera économiquement à l’Angola et aux régions environnantes, car les entreprises technologiques nécessitant d’une connectivité élevée établissent et développent leurs opérations en Afrique ».

La phase d’installation du câble sur la rive angolaise est l’un des aspects les plus importants du projet car plusieurs niveaux d’interaction et d’activités simultanées sont nécessaires avec plusieurs entités constituant ainsi un moment critique et à risque élevé. La protection du câble et des équipes impliquées est l’un des aspects analysés et, par conséquent, le travail est rigoureux et bien planifié. « L’installation de SACS représente la réalisation d’un rêve, un développement qui reflète notre capacité à trouver des solutions et à surmonter les défis, en gardant toujours en tête l’objectif final », a déclaré Nunes.