Internet performant et gratuit à Kampala

C’est effectif, internet est disponible gratuitement dans toute la capitale de l’Ouganda

A Kampala le réseau était déjà excellent, le voila… gratuit !
Prochaine étape Entebbe

Les internautes de Kampala peuvent accéder gratuitement à Internet partout dans la capitale. Le service, annoncé depuis juillet dernier par le ministère des technologies de l’information et de la communication, a pour objectifs d’améliorer l’accès des Ougandais au web, d’améliorer leur rapport avec le numérique, ainsi que de susciter la recherche et l’apprentissage qui soutiennent l’innovation afin d’aboutir à la transformation numérique désirée par le pays.

La mode des "selfies" est bien présente en Ouganda
La mode des “selfies” est bien présente en Ouganda – Photo Thierry Barbaut

Frank Tumwebaze, le ministre des TIC, a expliqué qu’à travers le déploiement du Wi-Fi gratuit à Kampala, le gouvernement ougandais veut que l’Internet ne soit plus considéré comme un produit de luxe, mais devienne un produit de première nécessité. Le déploiement de l’Internet sans fil gratuit à Kampala, le ministre des TIC a indiqué qu’il a été rendu possible grâce au financement du projet d’Infrastructure nationale de fibre optique (NBI) dont la 3ème phase est presque achevée.

Après Kampala, il est prévu que la ville d’Entebbe accueille également  la même facilité. Le service est disponible de 6h à 18h. Les consommateurs ne pourront pas télécharger de vidéos ou de musiques. Le régulateur télécoms aura en charge la gestion des connexions pour protéger le réseau des cyber-attaques.

Linda Messo
Linda Messo est originaire du Burundi et dispose d'un master en journalisme. Passionnée par les thématiques du développement elle est rédactrice pour Info Afrique depuis 2009 et impliquée depuis 2012 avec 3 autres médias en ligne dans la communication sur différents pays d'Afrique. Avec l'équipe d'origine du média elle sillonne les différents pays à la rencontre des entreprises, des états, des ONG et de la société civile pour donner la parole aux "Acteurs du Développement".