Hollande et la situation en Centrafrique: Une action probable de la France

Paris travaille à un projet de résolution qui doit être présenté au Conseil de sécurité.

La France, qui tient déjà des sites stratégiques de Bangui, comme l’aéroport, va-t-elle renforcer son dispositif militaire en République centrafricaine ?

FRANCE-AFRIQUE-HOLLANDELe pays continue de s’enfoncer dans le chaos, les combattants de la Séléka, qui ont renversé en mars le président Bozizé, se livrant à des pillages et à des exactions jusque dans la capitale. Alors qu’aucune autorité ne semble pouvoir s’imposer dans cet État en ruine, mercredi dernier, le président de transition, Michel Djotodia, a fait interdiction aux ex-rebelles de participer à des opérations de maintien de l’ordre.

Le même jour, la mission internationale de soutien à la République centrafricaine (Misca) se déployait dans le nord de Bangui, théâtre de violences allumées par les combattants de la Séléka. Plusieurs milliers de personnes s’étaient alors réfugiées à l’aéroport.

La veille, devant la conférence des ambassadeurs, le président français, François Hollande, évoquait un risque de « somalisation ». « Il est plus que temps d’agir en République centrafricaine. (…) J’appelle l’Union africaine et le Conseil de sécurité à se saisir de cette situation. La France les y aidera », a-t-il lancé. Paris travaille aujourd’hui « avec les membres du Conseil de sécurité des Nations unies à un projet de résolution pour soutenir l’action de l’Union africaine et celle de la Misca » dans la recherche d’une « sortie de crise durable », a indiqué hier le porte-parole du Quai d’Orsay.

Dans cette affaire, la France ne perd pas de vue ses intérêts économiques et stratégiques dans l’ex-colonie, dont le sous-sol est riche en pétrole, diamants, uranium. D’ailleurs, au milieu du désastre, les affairistes n’observent pas de trêve.

En juillet, c’est Jean-Christophe Mitterrand qui a été vu à Bangui. Après sa condamnation, en 2009, dans le scandale de l’Angolagate, le très françafricain « Papamadi » reprend du service…
Thierry Barbaut

Thierry Barbaut #Afrique #Numérique #innovation #impact #ODD. Directeur des écosystèmes innovants chez TACTIS. Expert en plateformes digitales de financement orienté projet et impact, économie, innovation, startup, entrepreneuriat, ODD, smartCity, e-Government. Observateur engagé et passionné de l'écosystème numérique en Afrique depuis 20 ans il est conseiller pour des entreprises, états, fondations ou banques. Auteur et conférencier sur l'Afrique, les sujets d'innovation et les nouvelles technologies, jury et instructeur sur les challenges pour les entreprises françaises et africaines de l'innovation. Thierry Barbaut a fondé Info Afrique en 2008 avec objectif de valoriser de manière positive l'économie et le numérique sur le continent. Thierry Barbaut a effectué plusieurs centaines de déplacements dans plus de 38 pays en Afrique.