Nigéria: Business et crédit entre Goodluck Jonathan et la Chine

Au troisième jour de son voyage en Chine, le président du Nigeria Goodluck Jonathan rencontrera les PDG de grandes entreprises chinoises, et le Premier ministre Li Keqiang.

Goodluck-JonathanCette visite d’Etat de quatre jours vise à accroître les échanges et les investissements entre la seconde économie mondiale et le premier producteur de pétrole d’Afrique. Goodluck Jonathan, reçu hier par son homologue Xi Jinping, va d’ailleurs ramener un grand prêt chinois qui permettra de financer des infrastructures au Nigeria.

Un prêt de plus d’un milliard de dollars avec un taux préférentiel à moins de 3%…

Voilà ce que le président nigérian Goodluck Jonathan est, entre autres, venu chercher à Pékin.

Cette somme servira à financer des aéroports, un tramway pour la capitale, Lagos, une centrale hydroélectrique, et des infrastructures pour le gaz et le pétrole. C’est la première tranche d’un prêt plus large de 3 milliards de dollars.

La Chine est devenue un gros investisseur en Afrique, où elle cherche à s’assurer des ressources naturelles et des débouchés pour ses produits. Pour cela, elle s’appuie sur le Nigeria, deuxième destination de ses investissements sur le continent. Les  échanges commerciaux entre les deux pays ont été multipliés par six en sept ans.

Le pétrole, un secteur clé

Mais il reste un secteur clé du Nigeria où Pékin a du mal à percer : le pétrole, qui reste dominé par Occidentaux Shell et ExxonMobil. Goodluck Jonathan va donc rencontrer aujourd’hui les dirigeants du géant Sinopec. La Chine devrait décupler sa demande de 20 000 barils par jour actuellement à 200 000 d’ici 2015.

Goodluck Jonathan rencontrera aussi ce jeudi les responsables de Huawei et de ZTE, leaders chinois des télécoms ainsi que le premier ministre Li Keqiang.

Delphine Sureau
Avec RFI

close