Retour sur le 26ème Forum Mondial Économique au Rwanda

Interview Thierry Barbaut pour la chaine TV I24News

Le 26ème forum économique mondial, après Davos, se tenait à Kigali au Rwanda avec un axe majeur de développement orienté sur les nouvelles technologies pour compenser la baisse du cours des matières premières

Un forum important dans un contexte de ralentissement de l’économie Africaine, le Rwanda se place sur les nouvelles technologies ? Des prévision à la baisse mais des entrepreneurs néanmoins confiants ?

Thierry Barbaut : Une réelle opportunité pour diversifier les modèles économiques et contrer la chute du cours des matières premières avec en priorité bien sur le cours du pétrole. Les nouvelles technologies représente un marche mondial énorme et en Afrique le potentiel attire les convoitises des grand groupes tels que Google avec son programme Loan et Facebook avec les drones solaires qui diffusent le Wifi.

Un évènement particulièrement réussi avec plus de 15 chefs d’états et 1 200 entrepreneurs. Un dynamisme impressionnant et une organisation sans faille sur un campus universitaire. Les personnes furent unanimes, une délégation impressionnante avec un investissement personnel du président Kagamé présent en permanence avec sa femme et même une excellente ambiance avec une soirée ou beaucoup de personnalités se sont lancés dans quelques pas de danse rwandaise.

Après Davos ce 26éme forum faisait donc la part belle aux nouvelles technologies mais comment concrètement intégrer et développer économiquement les solutions ?  Avec les applications liés aux thématique majeures tant en terme de développement que de business avec les 4 thématiques phares : l’énergie, l’agriculture, la santé et bien sur l’éducation et justement le Rwanda fait figure de modèle avec plus de 90% des jeunes scolarisé, c’est le champion Africain.
Les besoins sont énormes et les applications plébiscités par les utilisateurs, les MOOCS révolutionnent déjà les systèmes éducatifs de nombreux pays en Afrique.
De nouvelles écoles de codeurs ouvrent comme le modèle 42 de Xavier Niel qui s’est implanté en Afrique du Sud et qui pourrait aller ensuite sur l’Afrique de l’Ouest et Simplon avec Jokkolabs qui font déjà un travail extraordinaire. Des développeurs, des codeurs qui trouvent rapidement un emploi ayant ces écoles comme tremplin.

Le Rwanda se placerait t-il justement en modèle, voire en incubateur de projets liés aux nouvelles technologies ?

Thierry Barbaut : Le Rwanda se place comme un véritable modèle, ce petit pays moderne et dynamique, loin des clichés et classé comme un des pays les plus sure et propre au monde avec les effets bénéfiques de l’interdiction du plastique depuis maintenant 10 ans et des cabinets de conseils mondiaux qui place le Rwanda dans le top ten des pays ou investir.

C’est la “quatrième révolution industrielle mondiale”, celle du numérique, de l’essor du digital, de l’internet collaboratif et participatif. Une révolution tout sauf virtuelle au Rwanda. Thierry Barbaut

Trouver des opportunités liées au ralentissement de la croissance Africaine grâce aux nouvelles technologies mais surtout évoquer la “quatrième révolution industrielle mondiale”, celle du numérique, de l’essor du digital, de l’internet collaboratif et participatif, réseaux sociaux, application mais aussi les MOOCS, la voix sur IP, la dématérialisation dans le privé et surtout dans les administrations Africaines, avec le foncier, l’état civil, les douanes. La géolocalisation, la finance participative et le futur du mobile banking : les services qui sont : assurance, épargne, crédit et donc investissement avec en ligne de mire la démocratisation de la bancarisation, justement ce qui manque cruellement à des centaines de millions d’africains.

Au cours des cinq dernières années, la pénétration de la téléphonie mobile est passée d’à peine 8 % à 60 %, et le réseau de fibre optique dépasse aujourd’hui les 2 503 kilomètres. Les Rwandais jouissent aussi de l’un des meilleurs accès à Internet du continent.
Le Rwanda développe des hubs de nouvelles technologie et un fond de 100 millions de dollars est attribué au NTIC pour incuber les meilleurs projets.

Alors comment le Rwanda va réussir à innover au point de devenir une vitrine Africaine des technologies

Thierry Barbaut : En continuant cette stratégie essentielle et productive qui est de ne pas annoncer de vastes programmes qui ne voient jamais le jour, mais en mettant en place des projets structuré, efficace, de courts termes et qui répondent aux besoins. Comme la centrale électrique exploitant le méthane inaugurée ce mois de mai sur le lac Kivu, mais aussi en continuant à développer des nouvelles industries liés aux technologies comme les énergies renouvelables qui vont stocker, délivrer et moduler l’énergie aux populations avec une véritable démocratisation des coûts.

Notons également le Rwanda Development Board, le RDB qui avec des locaux et un site internet moderne permet aux Rwandais de bénéficier de services alliant l’administration ficale, les formalités de création d’entreprise et d’autres services d’être regroupé sur un site avec un site internet en complément. Un puissant service qui simplifie la vie des usager d’une façon moderne et intuitive.

Aéroport de drone au Rwanda, aérodrone
Aéroport de drone au Rwanda, aérodrone

Une communication savamment orchestrée sur la plan mondial avec un projet innovant : l’aéroport de drones qui utilisent les modèles ZIPLINE venant des USA. Objectif premier la livraison de sang en urgence dans 25 centres de santé à l’Ouest du pays, avec des perspectives plus larges dans un second temps.

Notons enfin que pour 2016 le Rwanda devrait afficher une croissance de 7%, le miracle Rwandais semble bien réel..