Fespaco oyé !

Des grands symboles culturels du panafricanisme seul reste le Fespaco, par la grâce et le génie du peuple burkinabè. Avec ce courage libre qu’il faut pour oser une fête populaire du 7e art à la frontière sud d’un Sahel enflammé.

Balufu Bakupa-Kanyinda, mon ami, est cinéaste, mais aussi mémorialiste, chroniqueur, éveilleur. Au Fespaco de Ouagadougou, le festival cinquantenaire, il sait la force de l’histoire.

Et près de trente ans après son ‘Dix mille ans de cinéma’ tourné sur place auprès des voix fondatrices, il continue l’œuvre d’éveil en attribuant le prix Thomas Sankara.

Tout a changé ou presque : les idoles jaunissent dans les livres que personne n’achète plus, les catalogues de films de répertoire sont dans les tiroirs, les Sud-africains ont lâché la Fédération panafricaine des cinéastes après avoir guerroyé dans les ruines, l’économie des images continentales connaît une mutation radicale et peut-être salvatrice (CanalOlympia).

Avec ‘Le Damier’, que je vois comme une manière de chef d’œuvre prophétique, Balufu Bakupa Kanyinda a fait la gravure d’une disparition lente.

Celle des pères fouettards en Smalto, des satrapes parfois éclairés, des ‘papa national oyé’.

https://fespaco.bf

Article précédentAfrican Entrepreneurs Forum
Prochain articleKamara
Vincent Garrigues
Diplômé de l'ESJ-Paris, il a travaillé plus de 15 ans dans l'audiovisuel public -notamment au service Afrique de Radio France Internationale- après avoir été notamment correspondant étranger et reporteur à Londres, Nouméa, Johannesburg et Tanger. Il a ensuite rejoint les services du ministère des Affaires étrangères au sein des ambassades de Pretoria et d'Alger en tant qu'attaché audiovisuel et culturel en charge de la coopération dans le domaine des médias, du cinéma, de la mode, de la photo, du livre et du débat d'idées. Aujourd'hui directeur associé du cabinet de conseil en communication Meroe Global, il a dirigé le pôle Afrique et Moyen-Orient chez Reputation Squad après avoir été conseiller en stratégie de communication auprès de la République gabonaise. Il a précédemment été engagé dans la communication de grands événements sportifs, de festivals et de chambres consulaires. Vincent Garrigues est l'auteur d'une dizaine de guides et récits de voyage, dont des titres consacrés aux Émirats arabes unis, à Oman et à l'Afrique du Sud.