Cameroun: Le prêtre Français Georges Vandenbeusch enlevé par les islamistes de Boko Haram

Un prêtre français de 42 ans, Georges Vandenbeusch, curé de la paroisse de Nguetchewe, a été enlevé à Koza par des islamistes nigérians dans le nord du Cameroun, la nuit dernière.

Une information confirmée par l’entourage de la présidence camerounaise.

pere-georges-vandenbeuschDernières nouvelles de l’enlèvement de Georges Vandenbeusch:

Vendredi 15 à 15h24:
La secte Islamique Boko Haram affirme détenir le prêtre français Georges Vandenbeusch

D’après une source au sein du groupe islamiste, citée par l’AFP, Boko Haram détient Georges Vandenbeusch, le prêtre français kidnappé au Cameroun dans la nuit de mercredi à jeudi.

Il avait rejoint le Cameroun il y a plus de deux ans. Georges Vandenbeusch, le prêtre français qui a été enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi à Koza, à trente kilomètres de la frontière nigériane, officiait depuis août 2011 dans la paroisse de Nguetchewe. Il était rattaché au diocèse de Maroua-Mokola.

S’il savait qu’il vivait dans une zone classée rouge par le centre de crise du ministère des Affaires étrangères en raison des menaces terroristes, le curé avait toutefois choisi d’y rester en connaissance de cause, selon le député UMP Alain Marsaud, dont la Xe circonscription (Français de l’étranger) recouvre le Cameroun.

C’est d’ailleurs ce que l’intéressé avait expliqué à TF1 en février dernier, après l’enlèvement de la famille Moulin-Fournier, libérée deux mois plus tard. Il assurait alors qu’il ne craignait pas pour sa sécurité. «On va être prudent et puis on va voir comment la situation évolue, mais avec tous les habitants, partout là où je vis et même avec les musulmans, ça va, c’est paisible, en tout cas aujourd’hui», avait-il déclaré.

Selon le député UMP Alain Marsaud, dont la Xe circonscription (Français de l’étranger) recouvre le Cameroun, le prêtre “a été enlevé dans un monastère”, à 30 kilomètres de la frontière nigériane. Cette zone a été classée en “zone rouge” par le centre de crise du ministère des Affaires étrangères en raison des menaces terroristes, mais le prêtre avait choisi d’y rester en connaissance de cause.

La zone “était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d’enlèvement”, a annoncé le Quai d’Orsay. “En connaissance de cause, le père Georges avait fait le choix de demeurer dans sa paroisse pour l’exercice de sa mission”, précise-t-il.

“Des recherches sont en cours pour vérifier les circonstances de son enlèvement et l’identité des ravisseurs”, précise le ministère des Affaires étrangères.

Le prêtre aurait été enlevé par les islamistes nigérians de Boko Haram, selon des médias français.

Le père Vandenbeusch avait officié neuf ans dans la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Sceaux (Hauts-de-Seine) avant de partir pour le nord du Cameroun en 2011.

Le groupe nigérian Boko Haram est à l’origine de l’enlèvement d’une famille de ressortissants français le 19 février dernier dans le nord du Cameroun. Les trois adultes et quatre enfants ont été libérés le 19 avril après 60 jours de captivité.