L’économie informelle révolutionnée par l’argent sur mobile

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 750 millions de téléphones mobiles en service et 1 milliard de cartes SIM en Afrique … c’est plus qu’en Europe ou qu’aux USA !

Actuellement en Ouganda je constate plus que jamais la révolution du mobile money et des services en synergie : assurance, épargne, commerce électronique… Oui en Ouganda on commande à manger avec son mobile et partout dans le pays les utilisateurs sont ultra connectés.

Mise en lumière d’une révolution technologique qui ne peut être contestée : celle du mobile banking (monnaie mobile en français)

Le mobile banking ou le chemin vers l’assurance, l’épargne, l’emprunt ..

Si aujourd’hui les kenyans, les maliens, les algériens plébiscitent ces fintech (technologies financières), c’est d’une part parce que tout passe par le mobile, et d’autre part parce que la population est largement impactée. Davantage encore dans les zones rurales, où toutes les thématiques sont concernées : agriculture, santé, énergie mais aussi le bâtiment, les infrastructures et les administrations..

L’argent sur mobile va également drainer des services comme l’emprunt, l’épargne et l’assurance.

Une autre révolution en Afrique qui va avoir deux grands effets vertueux…

1. De nouveaux services

Le premier est le passage d’une économie informelle estimée à 70% en Afrique à une économie formelle. Cette économie permettra de se projeter dans l’avenir quel qu’en soit le secteur d’activité et l’acteur. Épargner, emprunter, assurer vont être les services qui permettront à des centaines de millions d’habitants de se projeter dans l’avenir au sein d’une entreprise, d’une famille ou d’une communauté.

La sécurisation des transactions permet aussi de supprimer les risques et de tracer les transactions, là aussi un changement important qui, non seulement sécurise les échanges, mais aussi lutte efficacement contre la corruption qui paralyse souvent une partie des activités.

En Ouganda une application entre Uber et sécurisation routière et technique pour les motos taxi…

Screenshot de l'application Safe Boda
Screenshot de l’application Safe Boda

L’application Safe Boda :
Cette application IOS ou Android permet de trouver facilement un boda boda “sur”.

Le “boda boda” c’est la moto taxi ougandaise comme le zemidjan au Togo ou le benskin au Cameroun. Le terme vient des motos qui parvenaient à passer des marchandises avec la RDC : les “borders to borders” d’où finalement boda boda.

Ils sont des milliers en Ouganda et des millions en Afrique

 

 

2. Des taxes sur les transaction pour le développement de l’administration

Le deuxième est la possibilité pour les états de créer ou de développer l’imposition qui va permettre aux administrations de se développer et de proposer des services à la hauteur de la demande en Afrique. Un état sans taxe ne peut se développer et répondre à la demande de services des particuliers comme des entreprises.

Les transactions sur mobile vont permettre de tracer et d’imposer les échanges monétaires équitablement et ainsi faire passer l’administration de nombreux pays vers d’autres systèmes vertueux comme la dématérialisation des services publics ou des douanes apportant ainsi de nouveaux services à la population, des services qui font actuellement cruellement défaut.

Des nouveaux modèles émergent et prouvent que ces systèmes sont largement plébiscités par les populations comme au Rwanda ou les démarches administratives et payantes se font avec le RDB pour Rwanda Development Board… Une administration 2.0.

Commentaires