Du changement pour En Marche Afrique

Après avoir fondé l’antenne marocaine du Mouvement En Marche ! (devenue La République en Marche) en août 2016, Hamza HRAOUI Référent National a décidé de se mettre en retrait à partir de jeudi 17 mai.

Dans une lettre adressée à tous les comités du Maroc (voir ci-dessous), il leur exprime ses profonds remerciements pour ces mois d’engagement, et de mobilisation qui ont porté Emmanuel Macron en tête du premier et au deuxième tour au Maroc. Hamza HRAOUI était également engagé auprès d’autres comités africains, notamment au Sénégal, en Côte d’Ivoire ou en Tunisie pour mettre en place une synergie d’action politique.

Ce retrait était programmé depuis des mois et n’a pas de lien avec la polémique suscitée par l’investiture de la Républiques en Marche pour la 9ème circonscription.

Avant son retrait, Hamza HRAOUI a préparé avec l’ensemble des comités l’avenir de LREM, qui se transformera en Think Tank. Hamza HRAOUI souligne que ” C’est le seul modus operandi pertinent pour inscrire cet extraordinaire élan dans la durée. Chaque comité se spécialisera sur un sujet politique, économique, social … et nourrira Paris en recommandations, en idées. Pendant la campagne, nous avons vu combien nous étions force de proposition en remontant régulièrement des notes stratégiques au QG, issues des travaux avec les adhérents.”. Le remplaçant de Hamza HRAOUI est Jean Olivier D’Arfeuillère, référent du comité de Tanger.  ”Une personne de grande valeur, un homme de consensus. Il a l’appui de tous les comités, Il est également le plus ancien référent. ” Rappel Hamza HRAOUI.

Enfin, Hamza HRAOUI reste adhérent du mouvement. Le QG s’appuira sur lui pour structurer les relais en Afrique.

Témoignages de quelques personnes ayant travaillé avec Hamza HRAOUI sur la campagne présidentielle :

–  Bariza Khiari, Sénatrice de Paris et Déléguée Nationale de LREM :

‘’J’ai connu Hamza HRAOUI, par le biais du mouvement politique et citoyen En Marche !

Ressortissant marocain convaincu de la possibilité d’influer sur le« cours de choses », Hamza a contacté l’équipe d’En Marche à Paris au mois de mars 2016, afin de proposer, à titre bénévole, ses services au mouvement, mais aussi pour s’inspirer d’une nouvelle manière de faire de la politique.

Il n’a cessé, depuis un an, de développer l’antenne du mouvement en Marche au Maroc. Sa démarche n’est pas partisane, elle est citoyenne : il est convaincu que l’avenir de la jeunesse africaine est politique. Hamza HRAOUI a également accompagné d’autres comités en Afrique de

l’Ouest, à Dakar ou à Abidjan par exemple, lesquels suivent le modèle d’En Marche Maroc.’’

– Maryline Jallad Référente d’En Marche au Liban :

‘’ Parmi les rencontres En Marche, une personne se démarquait, Hamza Hraoui. Fondateur de l’antenned’En Marche au Maroc et Référent national du mouvement. Pendant plus d’un an jusqu’à l’élection de notre candidat Emmanuel Macron à la présidence de la République française, le 7 mai dernier, j’ai vu Hamza Hraoui se démener sans relâche pour sensibiliser et faire connaitre le candidat et son programme auprès des Franco-marocains en rassemblant plus de 500 adhérents et des milliers de sympathisants permettant ainsi au Mouvement d’être représenté dans 5 comités sur le territoire.Hamza Hraoui a aussi mis beaucoup d’énergie et de pédagogie pour obtenir une cohésion entre ces différents comités, leur rendant visite très régulièrement, en les écoutant et en les incluant dans tous les ateliers et prises de décision de manière collégiale et démocratique.’’

– Ygal El Harrar, Référent Royaume-Uni :

‘’Hamza est aujourd’hui plus qu’ un collègue ou compagnon de route, c’est un frère. L’aventure En Marche, nous l’avons démarrée ensemble, au même moment. Je sais qu’on pourra toujours compter sur sa clairvoyance. ‘’ 

 

– Jean Olivier d’Arfeuillière, Référent d’En Marche Marche Tanger :                                                                  ‘’ Tu viens de m’apprendre ton souhait de prendre un peu de distance avec le mouvement EM Maroc. Ton implication et ton énergie ont permis de faire d’EM Maroc un groupe extrêmement bien structuré et animé avec beaucoup de talent par tes soins. Je regrette personnellement cette décision car tu es celui qui est arrivé à fédérer toutes les énergies vers la victoire. Nous essaierons de rester fidèle à ton sens de l’écoute et à ton jeu collectif. En espérant que les troubles de la candidature Modem au législatives ne viennent pas casser ce très beau travail accompli. Nous ferons notre possible.’’

Bon vent comme dirait notre nouveau Premier Ministre et merci pour ta confiance.

– Thomas Bajas, Responsable des comités à l’étranger au QG de la République En Marche à Paris :

La lettre adressée à tous les comités du Maroc

‘’C’est le moment pour moi de vous aider, autrement.’’

Mes chers amis,

Comme vous le savez, mon engagement pour le mouvement était limité dans le temps. Je ne le dirai jamais assez, c’est une expérience politique, humaine, et personnelle, extraordinaire. Avec vous nous avons accompli des choses exceptionnelles : nous avons mené une belle bataille pour un mouvement qui venait de naître, on a réussi. Pour le Maroc, c’était la première fois qu’une antenne politique se mobilise autant pour un émanation politique française. En Marche Maroc c’est une start’up, une start’up qui produit et qui mobilise. C’est aussi des centaines d’heures de réunions, des centaines de notes produites, issues de plus de 50 réunions et rencontres sur tout le territoire national. Et c’est grâce à vous. 

Malheureusement, je ne pourrai mener avec vous la bataille des législatives. J’ai décidé donc de passer le relai. Jeudi soir, la tempête sera derrière nous, on aura résisté ensemble, alors je vous remercie pour tout.  C’est le moment pour moi de vous aider, autrement.

Ce mouvement, c’est vous. Il doit donc s’inscrire dans la durée et se transformer en laboratoire politique. La feuille de route que je vous ai proposée a l’assentiment de tous les comités, je veillerai à ce qu’elle soit suivie.

Fidèlement. 

Hamza Hraoui

 

Christian Arshavin
Christian Arshavin, diplômé dans le graphisme à l'Institut Technique Salama, habite à Lubumbashi en RDC. Etudiant à Maria Malkia, une université de sciences informatiques avec une spécialisation en "Technologie et Réseaux".