2018, une année au service des femmes et des enfants d’Afrique

L’année 2018 a vu un grand nombre de projets portés par la Fondation Children of Africa se concrétiser, en faveur des enfants et de leurs mères. L’autonomisation des femmes a également été l’objet de toutes les attentions. 2019 doit voir ces efforts se poursuivre et même s’amplifier.

Le 30 janvier de cette année, comme il est désormais de tradition, j’ai reçu à l’occasion des vœux de début d’année, une délégation de femmes engagées pour notre pays et sa population. Ambassadrices ; Ministres ; Elues ; Membres d’institutions et d’organisations internationales et de partis politiques ; actrices de la société civile de Côte d’Ivoire ; toutes étaient présentes pour réaffirmer avec force leur engagement « total » et leur « indéfectible attachement » à nos actions en faveur de la protection et de la promotion des droits des femmes et des enfants.

Comment la Fondation Children of Africa a œuvré pour les enfants

L’année 2018 a, en effet, été celle de tous les espoirs. Des espoirs en partie portés par la Fondation Children of Africa, dont les activités ont été formellement lancées il y a plus de vingt ans et qui a mené à bien, un grand nombre de projets depuis sa création. Je citerais en exemple, l’ouverture récente au public, le 16 mars 2018, de l’Hôpital Mère-Enfant (HME) de Bingerville. Cet établissement de soin de santé qui représente la réalisation la plus importante de la Fondation depuis sa création, compte déjà plus de nombreuses consultations journalières.

L’hôpital est d’une capacité de 130 lits et places et vise à réduire la morbidité et la mortalité maternelles, néonatales, infantiles et juvéniles. Il est doté d’équipements modernes et d’un personnel compétent pour la prise en charge des patients. L’HME s’appuie sur deux stratégies essentielles : augmenter l’offre de soins en direction du couple mère-enfant – l’une de mes grandes priorités – et garantir la qualité des services et des soins aux mamans et à leurs enfants.

L’année dernière a également vu l’ouverture en juin d’un nouveau Centre d’accueil pour enfants en difficulté, financé par la Fondation Children of Africa. Situé à Soubré, dans une région fortement productrice de cacao, le centre recueille provisoirement les enfants victimes de traite et d’exploitation, avant qu’ils ne soient rendus à leur famille. Je suis particulièrement fière de pouvoir annoncer qu’une cinquantaine d’entre eux ont d’ores et déjà été arrachés aux mains des trafiquants et reçoivent désormais l’amour, l’éducation et les soins dont ils ont besoin pour grandir et s’épanouir. D’un montant d’un milliard de francs CFA, le centre de Soubré sera suivi de deux autres, qui permettront d’enseigner un nouveau mode de vie aux communautés productrices de cacao, dans le respect des droits des enfants et de la loi du travail.

Je voudrais à ce titre remercier ici l’ensemble des donateurs de la Fondation, sans qui Children of Africa ne pourrait mener ses missions à bien. C’est grâce à leur générosité, et à l’engagement de tout son personnel et de nos bénévoles, que nous bâtissons un avenir meilleur pour notre jeunesse. Je pense ainsi à la Case des Enfants qui, depuis sa création, a accueilli plus d’un millier d’enfants vivant dans la rue, qui sont pleinement pris en charge ; à nos Bibliobus, qui sillonnent la Côte d’Ivoire pour initier les enfants au plaisir de la lecture ; aux caravanes ophtalmologiques et aux campagnes de vaccination ; et, bien entendu, à nos projets à venir, dont le futur groupe scolaire d’Abobo, qui accueillera près de 700 enfants, de la maternelle au primaire.

Poursuivons nos efforts en 2019

L’année écoulée a également été l’occasion de favoriser l’autonomisation des femmes, un sujet qui, avec mon époux, le président Alassane Ouattara, nous tient particulièrement à cœur. C’est dans cette optique que nous avons mis en place le Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI), un dispositif de micro-crédit doté d’un capital de 10 milliards de francs CFA, qui a bénéficié depuis sa création à quelque 165 000 femmes. Le succès de cette initiative n’a été possible que grâce à l’engagement de nos sœurs, qui ont toutes mis un point d’honneur à bien gérer leurs projets personnels et à rembourser leurs crédits. Grâce au FAFCI, elles arrivent ainsi à prendre soin de leur famille et à gagner en autonomie.

Si 2018 a vu de nombreux projets se concrétiser, nous ne devons pas relâcher nos efforts en 2019. Fidèle à sa mission, la Fondation Children of Africa continuera d’investir en faveur de la protection et de l’émancipation des femmes et des enfants. Je sais également que les autorités ivoiriennes poursuivront leurs efforts pour assurer la stabilité et la prospérité de notre pays et, à l’horizon 2020, lui faire atteindre l’émergence. Enfin, je suis fermement convaincue que, cette année encore, les femmes de Côte d’Ivoire sauront relever brillamment les défis qui se présenteront à elles, quel que soit le niveau de leurs responsabilités.

Madame Dominique Ouattara, première dame de Côte d'Ivoire
Madame Dominique Ouattara, première dame de Côte d’Ivoire