Des entrepreneurs de Stanford Seed rencontrent Obama

Il se tenait parmi 700 autres entrepreneurs, originaires de 170 pays, réunis pour participer au sommet mondial de l’entrepreneuriat 2016

Afolabi Abiodun, PDG de la société de communications SB Telecoms basée au Nigeria, fut grandement impressionné lors de sa récente visite du campus débordant d’activité de l’Université Stanford (GSB.Stanford.edu), au cœur de la Silicon Valley.Il se tenait parmi 700 autres entrepreneurs, originaires de 170 pays, réunis pour participer au sommet mondial de l’entrepreneuriat 2016. Au cours des trois jours qui ont suivis, Abiodun, diplômé du programme Stanford Seed Transformation, a participé à des présentations et des ateliers avec une foule de dirigeants d’entreprises internationales, a développé des relations avec des dizaines de nouveaux collègues et investisseurs potentiels et a assisté à une allocution du président des États-Unis, Barack Obama.

« Être ici, c’est un rêve qui se réalise », s’est-il exclamé. « En l’espace de deux ans, mon entreprise, qui employait à sa création un personnel de 10 employés, compte aujourd’hui 39 personnes directement et près de 150 indirectement. Aujourd’hui, l’enfant des rues nigérian a été invité par la Maison-Blanche à participer au Sommet mondial de l’entrepreneuriat, tout ça grâce à Stanford Seed. N’est-ce pas incroyable ? ».

La conférence organisée par le Département d’État des États-Unis et la Maison-Blanche s’est tenue du 22 au 24 juin. Il s’agissait de la septième réunion de cet événement international annuel, qui rassemble des entrepreneurs et des investisseurs enthousiastes du monde entier, afin de créer de nouvelles opportunités d’investissement et de collaboration.

barack_obama_election_2012_afrique

Abiodun s’est rendu à ce sommet avec d’autres diplômés du programme Stanford Seed Transformation (apo.af/D4Ubco), un programme proposé par l’Institut Stanford pour l’innovation et le développement économique et connu sous le nom de « Stanford Seed ». Le programme transmet l’état d’esprit de Stanford, orienté vers l’innovation et l’entrepreneuriat, à des propriétaires d’entreprises prometteuses d’économies en développement, souhaitant développer leurs activités. Le programme de 12 mois est enseigné par les membres du corps professoral de la Stanford Graduate School of Business, qui voyagent vers les centres Seed situés en Afrique de l’Ouest et de l’Est, afin de travailler avec des dirigeants d’entreprises et de développer leurs activités, créer de nouveaux emplois et enfin, les aider à orienter leur région vers une plus grande prospérité.

« Être entouré des personnes composant le programme Stanford Seed dans l’environnement glorieux de cette université, apporte son lot de réflexion sur la façon d’envisager les choses et sur la manière de les mettre en place », a déclaré l’entrepreneur Seed Abimbola Okubena, directeur général de la société nutraceutique Health Forever, basée au Nigeria. « J’aurai rassemblé une mine de connaissances avant mon retour. Et je rentre chez moi avec un carnet d’adresses bien rempli ! »

Le programme Stanford Seed était actif lors du Sommet, en proposant un déjeuner privé à ses entrepreneurs invités et en coparrainant une séance de présentation pour les investisseurs en collaboration avec VLAB, la branche du MIT Enterprise Forum couvrant la zone de la baie de San Francisco.  Les membres du Conseil consultatif de Seed, Matthew J. Bannick, directeur associé d’Omidyar Network et Jacqueline Novogratz, fondatrice et PDG d’Acumen, ont également partagé leur expertise lors d’une table ronde sur la valeur de l’impact de l’investissement au sein des marchés émergents.

L’accès au capital était l’un des principaux thèmes du Sommet, comme l’a souligné la secrétaire au Commerce des États-Unis, Penny Pritzker.

Aujourd’hui, l’enfant des rues nigérian a été invité par la Maison-Blanche à participer au Sommet mondial de l’entrepreneuriat, tout ça grâce à Stanford Seed

« Mon équipe a travaillé pour s’assurer que les investisseurs participent au Sommet, et que vous, nos entrepreneurs, ayez la possibilité de développer des relations clés, permettant de favoriser un meilleur accès au capital, » a-t-elle indiqué. « Cette année nous avons près d’un investisseur pour deux entrepreneurs. »

Au cours de son discours inaugural, le président Obama a souligné l’importance de l’entrepreneuriat dans notre monde de plus en plus connecté.

« L’entrepreneuriat reste le moteur de la croissance, » a-t-il fait remarquer aux membres de l’auditoire. « Permettre à des personnes de démarrer leur propre entreprise, c’est favoriser la réussite des individus et des familles. . . La sécurité et la prospérité de communautés entières en sont améliorées. »

Lors du Sommet, les diplômés enthousiastes de Seed ont déclaré que la possibilité de découvrir la Silicon Valley et sa mentalité novatrice, d’apprendre auprès de chefs d’entreprise de classe mondiale et de développer des relations à l’échelle internationale était extrêmement stimulante.

« Je considère cela comme un véritable privilège », a déclaré Abiodun. « J’ai développé de nouvelles relations auxquelles je n’aurais jamais imaginé pouvoir avoir accès. »

Nicole Amarteifio, fondatrice de An African City, maison de production cinématographique et télévisuelle basée au Ghana, l’a confirmé.

« Je suis très heureuse d’être ici », a-t-elle dit. « On peut sentir cette énergie. . . Il s’agit d’une énergie mondiale, et c’est vraiment excitant d’en faire partie. »

L’Institut Stanford pour l’innovation et le développement économique est dirigé par la Graduate School of Business et travaille dans le but d’aider les entrepreneurs basés dans les pays en développement à grandir et à développer leurs entreprises, tout en favorisant la prospérité de leurs régions. Le programme Seed Transformation est enseigné par la faculté GSB de Stanford dans ses centres d’Afrique de l’Ouest à Accra (Ghana) et d’Afrique de l’Est à Nairobi (Kenya).

Le programme Seed Transformation accepte actuellement les candidatures pour ses sessions de 2017-2018, la date limite de candidature étant fixée au 31 octobre 2016.

close
close