Ouverture de la CAN Coupe d’Afrique des Nations

Libreville, 19 janvier (GabonInitiatives)

La Coupe d’Afrique des Nations 2013 a débuté en Afrique du Sud avec le match  d’ouverture opposant l’Afrique du Sud au Cap Vert. Un match sans. Rien à se mettre sous la dent, sinon une occasion franche du Cap Vert. Sans surprise donc, le match s’est terminé par le score vierge de 0 but partout.

Un Cap Vert qui se révèle. Peut-on oublier le camouflet obtenu par le Cameroun battu lors des éliminatoires par ce petit pays ?

A suivre, la deuxième rencontre Angola – Maroc

Programme de demain

Ghana–RDC Mali – Niger

Retour sur l’ouverture de la CAN:

Jacob Zuma déploie les grands moyens

les-bafanas-de-tshabalala-tenus-en-echec-par-le-cap-vert-de-carlitos-en-ouverture-de-la-can-2013Fortes de l’expérience (nuancée) de l’organisation de la Coupe du monde en 2010, les autorités sud-africaines ont donc voulu mettre toutes les chances de leur côté pour que le tournoi se déroule dans les meilleures conditions.

D’autant que le président Jacob Zuma, déjà très contesté pour sa gestion calamiteuse des conflits sociaux avec les mineurs ou les ouvriers agricoles, ne pourrait pas se permettre d’échouer au niveau sécuritaire lors de la CAN 2013, un an seulement avant les prochaine élection présidentielle.

Hors de question, donc, de voir se reproduire les évènements du 14 novembre 2012, lorsque des supporters sud-africains avaient agressé le bus des joueurs zambiens, après la défaite (0-1) des Bafana-Bafana face aux Chipolopolos.

De l’Algérie au Sénégal, en passant évidemment par le pays de Jacob Zuma, le phénomène du hooliganisme, s’il reste marginal, tend à prendre de l’ampleur et sera un souci de taille pour les organisateurs de la CAN.

Pire encore, le souvenir de la CAN 2010 organisée en Angola reste dans les mémoires: l’équipe du Togo était alors tombée dans une embuscade en franchissant l’enclave de Cabinda, à la frontière avec la RDC. Une milice avait tiré sur le bus des Eperviers, faisant deux morts et huit blessés au sein du groupe togolais.

Pour répondre à cela, les autorités sud-africaines déploient les grands moyens. Zweli Mnisi, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a ainsi déclaré vouloir s’inspirer de l’organisation de la Coupe du monde en 2010 pour prévenir tout débordement.

«Nous ne voulons pas que ce qui s’est passé pour le Togo se produise ici. Nous considérons qu’un incident malheureux comme celui-ci doit être pris comme une expérience pour organiser la CAN», a-t-il déclaré au grand quotidien sud-africain Business Day.

Tribunaux spéciaux, agents formés à la surveillance et à la gestion de la foule, enquêteurs spécialisés. Tout est mis en œuvre, assurent les autorités, pour que la CAN 2013 se déroule dans la sécurité la plus totale.

Thierry Barbaut
Sources Alain Jules: www.gaboninitiatives.com