Anti-islam: l’étrange film qui a mis le feu aux poudres sur Youtube…

Un film antimusulman, dont un extrait de 13 minutes a été mis en ligne il y a plus d’un an sur YouTube, est à l’origine des manifestations au Caire et à Benghazi, où quatre diplomates américains ont été tués.

Brandissant un glaive ensanglanté, le prophète Mahomet hurle que «tous les non-croyants sont des infidèles». C’est la dernière scène, caricaturale, d’une fiction de deux heures intitulée L’Innocence des musulmans, dont un extrait de 13 minutes a été mis en ligne il y a plus d’un an, le 12 juillet 2011, sur le site de partage vidéo YouTube, par un illustre inconnu nommé Sam Bacile.

Tout y sonne faux: l’amateurisme manifeste de l’acteur principal, la réalisation bâclée, jusqu’à l’arrière-plan – une image de désert incrustée. Le reste est à l’avenant: une bouillie d’images mal filmées, mal jouées, incohérentes et dignes d’une «série Z». Montées bout à bout, ces séquences sans queue ni tête montrent un Prophète présenté comme un abruti sans éducation, laissant ses parents perplexes au point de demander à un vieux sage d’écrire pour lui un texte sacré, en empruntant «à la Torah et à l’Ancien Testament».

Qui a vu L’Innocence des musulmans dans son intégralité? D’après Sam Bacile, joint au téléphone par l’agence Associated Press, le film en version complète aurait été projeté un soir dans un cinéma quasi vide de Hollywood. Sam Bacile, si c’est son vrai nom, présenté comme un agent immobilier en Californie, «Juif israélien» autoproclamé, âgé de 52 ou 56 ans selon les sources, aurait disparu de la circulation mardi, craignant pour sa vie.
D’après le Wall Street Journal, il aurait convaincu «une centaine de donateurs juifs» de lui allouer 5 millions de dollars pour tourner cette pochade. Réalisée en trois mois durant l’été 2011, elle aurait mobilisé 65 comédiens et 45 techniciens.

Tandis que tous les médias américains s’efforçaient mercredi de joindre le réalisateur aux abois, ses brefs propos recueillis par Associated Press, tout aussi incohérents que son film, étaient reproduits en boucle: «L’Islam est un cancer, aurait-il déclaré. C’est un film politique, pas un religieux.
C’est une production américaine, qui ne vise pas à attaquer les musulmans, mais à montrer l’idéologie destructrice qu’est l’Islam.»

«Le prochain Theo Van Gogh»

Un consultant pour le film, Steve Klein, aurait tenté de dissuader Bacile d’aller au bout de son projet: «Je l’ai prévenu qu’il risquait d’être le prochain Theo Van Gogh», le réalisateur néerlandais assassiné en 2004 à Amsterdam par un militant islamiste. Mis en ligne il y a 14 mois, la vidéo de L’Innocence des musulmans avait jusqu’ici été consultée 22.877 fois. Il aura suffi qu’une version sous-titrée en arabe apparaisse la semaine passée pour que les médias égyptiens s’en emparent et mettent le feu aux poudres. Mardi, le prédicateur Terry Jones, qui avait brûlé un Coran devant les caméras en 2011, déclenchant de sanglantes représailles anti-occidentales en Afghanistan, a annoncé qu’il projetterait l’extrait de 13 minutes à ses fidèles de l’église de Gainesville, en Floride.

Thierry Barbaut
www.lefigaro.fr

Thierry Barbaut #Afrique #Numérique #innovation #impact #ODD. Directeur des écosystèmes innovants chez TACTIS. Expert en plateformes digitales de financement orienté projet et impact, économie, innovation, startup, entrepreneuriat, ODD, smartCity, e-Government. Observateur engagé et passionné de l'écosystème numérique en Afrique depuis 20 ans il est conseiller pour des entreprises, états, fondations ou banques. Auteur et conférencier sur l'Afrique, les sujets d'innovation et les nouvelles technologies, jury et instructeur sur les challenges pour les entreprises françaises et africaines de l'innovation. Thierry Barbaut a fondé Info Afrique en 2008 avec objectif de valoriser de manière positive l'économie et le numérique sur le continent. Thierry Barbaut a effectué plusieurs centaines de déplacements dans plus de 38 pays en Afrique.