Ali Bongo Ondimba décline la Vision du Gabon Émergent devant l’Europe

Il y a deux jours, dans le cadre de la 7ème édition des Journées Européennes de Développement, sur invitation du Président de la Commission Européenne, José Manuel Barosso confirmant ainsi l’arrivée sur la scène internationale d’une nouvelle génération de dirigeants africains, désireux de repenser et de redéfinir les relations entre l’Europe et l’Afrique et avec un nouveau discours, Ali Bongo Ondimba, le Chef de l’Etat Gabonais qui est un exemple parfait de ce tableau dont c’était la première participait à cette rencontre a décliné la nouvelle politique du Gabon à l’Europe et appelé ce continent à changer son regard sur l’Afrique.

Le discours du Président Ali Bongo Ondimba a été essentiellement axé sur la Déclinaison des ambitions du Gabon Emergent afin de positionner le Gabon comme une des économies africaines les plus compétitives grâce à la mise en œuvre d’une stratégie globale et cohérente à savoir, le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE), qui comporte trois axes stratégiques : le Gabon Vert, le Gabon Industriel et le Gabon des services.

Pour le Chef de l`Etat qui inaugurait ainsi son premier face a face avec l’Europe des institutions, l’émergence devra également se refléter à travers la qualité des Institutions, la consolidation de l’Etat de Droit, la lutte contre la corruption, le respect de la Démocratie, l’amélioration de l’environnement des affaires.

« Changeons de regard sur l’Afrique »

La présence du Président Gabonais à cette rencontre, s’est inscrite dans une perspective d’échange et de partage avec ses pairs de ses ambitions pour une Afrique meilleure. Il en a profité pour repréciser sa vision du Gabon Emergent, au cœur d’une Afrique qui ne ménage aucun effort pour décupler ses potentiels. A cet effet, il a estimé que le moment était venu de regarder l’Afrique sous des prismes plus objectifs et que désormais l’Europe et l’Afrique doivent construire le futur sur de nouvelles bases.

Pour lui, il s’agit désormais de percevoir le continent africain comme un espace en mouvement, avec une jeunesse ambitieuse, une classe moyenne affichant la plus forte croissance partout dans le monde et une économie de plus en plus dynamique, avec un taux de croissance moyenne de plus de 5%.

Des exemples concrets de mutations en cours au Gabon

« A titre d’exemple, avant 2009, plus de la moitié de la ressource forestière exploitée était vouée au gaspillage. La mise en place d’un processus de transformation et de valorisation locale permet désormais d’inverser la tendance pour atteindre une utilisation maximale. » C’est ce qu’a indiqué le Président Ali Bongo Ondimba, avant de poursuivre que trois années ont permis d’accroitre de 40% le nombre d’unités de transformation du bois et d’augmenter de 80% le nombre d’emplois créés dans la filière.

Il ajoute ensuite que le Gabon a pu sécuriser, en deux ans, près de 4,5 milliards de dollars d’investissements directs étrangers en provenance du sud-est asiatique, ce qui apparait comme le gage d’une confiance retrouvée.

Créer des pôles économiques dynamiques

Le développement, selon le Chef de l’Etat Gabonais, ne peut être atteint sans le renforcement des capacités, un effort considérable de mise à niveau de sorte à permettre de développer davantage d’infrastructures de base dans les domaines des transports, des télécommunications et des énergies propres.

Quant aux partenaires européens, leur intervention est principalement attendue sur le plan du secteur privé, afin de bénéficier de la mise en place des opportunités offertes en Afrique par la conception de nouveaux cadres d’affaires pour investir dans ces secteurs structurants de notre économie.

Un accent mis sur le Capital Humain

L’émergence du Gabon ne saurait se réaliser sans un capital humain de qualité basé sur une éducation à même de former les compétences indispensables au développement, c’est à dire l’adéquation formation-emploi, rappelant que le projet de la cité verte de l’éducation positionnera le Gabon comme pôle régional de référence dans la formation supérieure. Le Président Gabonais indique aussi que depuis 3 ans, une politique ambitieuse de soutien à la formation permet déjà à 60% des étudiants de bénéficier d’une bourse d’étude. Il en profite pour lancer un appel aux pays européens afin qu’ils assouplissent leurs législations pour l’accueil des étudiants et stagiaires africains dans leurs universités et grandes écoles.

La bonne Gouvernance, une nécessité

Facteur de choix dans l’attractivité d’un pays, la bonne gouvernance se révèle critique dans les choix des investisseurs, et a été mise au cœur de la stratégie de création et de redistribution des richesses au Gabon.

En effet, l’aspiration des peuples à plus de justice, d’équité, de démocratie, de respect des droits de l’homme et de lutte contre la corruption doit être prise en compte dans toutes les politiques publiques tant au niveau national que dans la coopération et, partant, entre le Gabon et l’Union Européenne.

La Biométrie, gage d’élections fiables

A propos de la gouvernance démocratique, le Président Ali Bongo Ondimba a indiqué que son pays s’est engagé, par une Loi votée au parlement, à introduire les technologies biométriques dans l’identification des électeurs pour la constitution d’un fichier électoral de plus en plus fiable afin d’aboutir à des élections plus transparentes pour éviter toute contestation. Il poursuit en soulignant que le Gabon dispose, de l’une des lois électorales les plus strictes au monde, fruit d’une active concertation entre la majorité, le gouvernement et l’opposition. Elle garantit à chaque candidat et à chaque parti politique, une présence effective dans tous les niveaux de décision et d’organisation du processus électoral.

Positionnement du Gabon sur les questions de développement durable

Conscient des atouts naturels de son pays, le Président Gabonais s’est également engagé à faire jouer au Gabon son rôle face aux défis environnementaux auxquels la planète doit faire face, à savoir le changement climatique et l’érosion de la biodiversité.

Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement gabonais a pris un certain nombre de mesures parmi lesquelles : la création d’un Ministère de l’Economie chargé du développement durable pour une meilleure intégration de la dimension environnementale dans toutes les politiques publiques de développement ; l’adoption par le Conseil des Ministres d’un projet de loi d’orientation sur le développement durable dont l’objectif principal est de cadrer l’action des différents acteurs de la société gabonaise ; la mise en œuvre d’un plan d’affectation des terres qui permettra d’éviter les conflits d’usage et d’optimiser au mieux nos atouts naturels ; la création d’une station d’acquisition d’images satellitaires pour la surveillance environnementale au Gabon, mais aussi pour plus d’une vingtaine de pays africains.

De même lors de la dernière conférence de Durban sur le changement climatique, le Gabon a présenté sa stratégie nationale de lutte contre le changement climatique avec pour objectifs de réduire de manière significative ses émissions de gaz à effet de serre par une meilleure utilisation des gaz torchés, et par une gestion plus rationnelle de son patrimoine forestier.

Autant d’efforts consentis au profit de l’humanité tout entière et qui doivent être soutenus par un engagement plus ambitieux et opérationnel des pays européens à la veille de la fin de la première période d’engagement du protocole de Kyoto. A Nagoya au Japon, le Gabon a eu l’honneur de porter la voix de l’Afrique en matière de lutte contre l’érosion de la biodiversité, étant ainsi le premier pays à avoir ratifié le protocole de Nagoya. A ce jour, seuls 6 pays l’ont fait sur les 92 nécessaires pour l’entrée en vigueur de ce protocole.

Le Président Ali Bongo Ondimba en a donc profité pour demander aux pays membres de l’Union Européenne qui ne l’ont pas encore fait, de le ratifier à leur tour. Une invitation qui a suscité l’applaudissement de toute l’Assemblée.

Source : COCOM

De notre correspondant au Gabon, Fabrice MIKOMBA

close
close