COP 22 : oui, l’Agriculture africaine peut relever le défi environnemental !

L’urgence de la lutte contre le changement climatique en Afrique

Les changements climatiques (sécheresse, hausse de température, désertification, inondation, tempête, etc.) ont des conséquences directes sur le monde agricole en Afrique. Les plus préoccupantes sont la baisse de productivité agricole et la dégradation des sols (40% des terres africaines sont dégradées) alors que la pression démographique croît sans cesse (10 milliards d’habitants dont ¼ en Afrique en 2050), ce qui entraine de fait l’aggravation de la crise alimentaire.

Une situation qui fragilise encore plus le développement d’un continent dont plus de 65% de la population active travaille dans l’agriculture.

A l’heure actuelle, on ne peut s’empêcher de souligner le paradoxe de cette situation. La part de l’Afrique dans l’empreinte écologique mondiale n’excède pas 7,7 %, pour un continent qui représente 15 % de la population mondiale ! Une singularité marquée par le bilan carbone de l’Afrique, qui ne représente que 20 % de son empreinte écologique contre 55 % au niveau mondial.

Face à ce constat qui paraît d’une grande injustice pour l’Afrique, nous devons dès aujourd’hui adopter des solutions pour une véritable économie verte, qui permettra de poursuivre son développement durable (économique, social et environnemental). Dans le secteur agricole, le Groupe ÉLÉPHANT VERT à fait le choix d’une agriculture climato-intelligente, ce qui veut dire proposer des solutions qui permettront aux agriculteurs d’intensifier la production tout en garantissant la protection de l’environnement et la santé.

Présent au Maroc, Mali, Sénégal, Burkina Faso et prochainement en Côte d’Ivoire, le Groupe ÉLÉPHANT VERT participe chaque jour à l’avènement d’une agriculture performante, saine et durable pour tout le continent africain. Le groupe s’efforce de d’apporter une réponse concrète à la réduction du bilan carbone en préservant la fertilité des sols, les ressources en eau, et la biodiversité.

elephant-vert-afrique

Adopter une agriculture durable pour combattre le changement climatique

  • En quoi notre politique d’agriculture climato – intelligente constitue une réponse concrète à la réduction du bilan carbone ?

Une des voies de l’agriculture climato-intelligente passe par l’augmentation des solutions de biointrants spécifiques capables de préserver et régénérer les sols (fertilité, santé et biodiversité), d’améliorer la nutrition des plantes et de garantir leur protection : la matière organique et les micro-organismes à intérêt agricole. En effet, ils permettent :

  • D’atténuer les émissions de GES en stockant du carbone dans les sols qui de ce fait ne seront pas émis dans l’atmosphère ; tout en améliorant la santé et la fertilité des sols ;
  • De s’adapter au changement climatique en adoptant des pratiques agricoles résilientes et durables contribuant ainsi aussi à la santé des sols et la biodiversité mais aussi à des rendements plus élevés pour des produits agricoles de plus grande qualité ;
  • De contribuer à la sécurité alimentaire par des rendements conséquents et durables de produits agricoles plus naturels ainsi que des conditions de vie améliorées des agriculteurs.

Pour promouvoir cette agriculture, le Groupe ÉLÉPHANT VERT a construit le premier Centre de Recherche Africain totalement dédié aux biotechnologies appliquées à l’agriculture. Appelé VALORHYZE, ce centre produit des biointrants spécifiques capables d’améliorer : La qualité des sols, La nutrition des plantes et La protection des plantes.

ÉLÉPHANT VERT propose des produits agricoles innovants et durables, issus de sa forte capacité de Recherche & Développement dans le domaine des microorganismes d’intérêt agricole :

  • Les amendements organiques, ORGANOVA
  • Les biofertilisants, FERTINOVA
  • Les biostimulants, NOVASTIM
  • Les biopesticides, NOVAPROTECT

Pour les agriculteurs, les avantages sont multiples. Premièrement sur le plan économique ils augmentent leurs rendements (performance) tout en préservant leur capital foncier sur le long terme (fertilité des sols). Ils améliorent également leur autonomie et leurs conditions de vie (hausse des revenus) pour l’aspect social. Enfin, d’un point de vue sanitaire, ils sont moins exposés aux intrants chimiques.

 

Il existe ainsi des solutions durables et adaptées aux besoins des agriculteurs et autres acteurs des chaînes de valeur agricoles que nous devons donc rapidement rendre accessibles au plus grand nombre. Mais la première difficulté de cette transition s’avère la structure même du marché des intrants. En effet, le marché des biointrants représente seulement 2 milliards d’Euros au niveau mondial contre 150 milliards d’Euros pour le conventionnel, soit à peine plus de 1% du marché des intrants agricoles.

Témoignage de Sitapha Berthé, secrétaire général de l’association des organisations professionnelles paysannes du Mali : lien de la vidéo

« …. Dans une discussion ils m’ont parlé de leur produit et j’ai été convaincu, je leur ai demandé de m’en donner pour que je teste dans mon champ. Ils m’en ont donné et j’en ai mis dans mon champ de pommes de terre. Nous n’avons pas utilisé d’engrais chimique, on a mis que du FERTINOVA sur les pommes de terre. La pomme de terre a bien donné, je l’ai récolté il y a 4 mois. Au jour d’aujourd’hui je ne l’ai pas vendue. Je l’observe et elle est toujours en bon état, elle n’a pas pourri. Celles cultivées avec de l’engrais chimique ont pourri, mais pas celles cultivées avec FERTINOVA. …. Nous l’avons expérimenté et nous avons observé qu’il régénère notre sol et augmente nos rendements. »

  • Comment nous démocratisons et accélérons l’utilisation des intrants naturels et les pratiques agricoles durables

 

ÉLÉPHANT VERT œuvre pour la généralisation massive de l’utilisation des biointrants, en complément, et à chaque fois que possible, ou en substitution aux intrants conventionnels :

  • Compléter l’usage des engrais chimiques par les engrais naturels, les amendements et l’utilisation de produits biostimulants d’origine naturelle, afin de limiter l’impact environnemental des engrais chimiques et en valorisant les sources de matières organiques locales ;
  • Remplacer totalement les pesticides par des biopesticides pour permettre un contrôle des ravageurs et des maladies des plantes. Des solutions qui n’ont aucun impact ni sur l’environnement, ni sur la faune auxiliaire ou sur les populations.

Témoignage de Traoré, agriculteur malien, (cercle de Kati, région de Koulikoro) :  lien de la vidéo

« Le biofertilisant que vous avez amené est de bonne qualité, en tout cas ce que j’ai utilisé j’ai vu son avantage. Il est de bonne qualité car il augmente l’humidité et rend le sol plus meuble. Si au lieu de votre biofertilisant on avait utilisé avec de l’engrais minéral, il y avait eu beaucoup de perte car avec le manque de pluie, tout se serait détérioré. Honnêtement, j’ai vraiment vu son avantage et le produit est très bien. Nous, paysans, savons très bien que la fumure organique est très bien mais quand elle n’est pas disponible, on est obligé d’utiliser l’engrais minéral.  Beaucoup de gens n’arrivent pas à se procurer de la fumure organique. »

Pour accélérer le développement des produits naturels, ÉLÉPHANT VERT entend répondre à la demande en structurant l’offre de manière intégrée dans tous ses aspects (industriel, commercial, règlementaire, R&D, institutionnel…) et en jouant un rôle de catalyseur.

Pour cela, le Groupe se place au cœur d’un réseau et travaille avec l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur : institutionnels, chercheurs et acteurs de la R&D, PME innovantes, financeurs, producteurs d’intrants, revendeurs-distributeurs d’intrants, agriculteurs-utilisateurs, grande distribution et industriels de l’agro-alimentaire, consommateurs de produits agroalimentaires.

ÉLÉPHANT VERT développe et met en œuvre des synergies à chaque étape de la chaîne de valeur et propose des solutions (produits et services) adaptées au contexte local de chaque agriculteur.

elephants-verts-climat

ÉLÉPHANT VERT propose aussi une large panoplie de services d’accompagnement technique, financier et industriel.

Accompagnement dans la distribution :

  • Formation des distributeurs pour prodiguer conseils
  • Mise en place des circuits logistiques adaptés pour stocker du matériel vivant ou issu du vivant dans le cas du biocontrôle (durée de vie des larves, réfrigération des spores ou des bactéries par exemple)
  • Formation des coopératives et des agriculteurs.

 

Un accompagnement technique pour les agriculteurs à travers LA CLINIQUE DES PLANTES :

  • Conseil et accompagnement technique
  • Accompagnement à la certification
  • Réalisation de dossiers d’homologation de produits agricoles
  • Expérimentations agronomiques
  • Essais d’efficacité, de développement, d’homologation et/ou de commercialisation

Un accompagnement financier :

  • En partenariat avec 5 pays de l’UMOA (Mali, Burkina Faso, Sénégal, Togo et Benin) avec la Confédération des institutions financière (CIF), nous proposons une offre financière :
  • Un établissement financier dédié : la Financière d’Afrique de l’Ouest (FINAO)
  • 3 millions de membres, épargnants et emprunteurs (500 M€ d’épargne, 350 M€ d’encours microcrédits, 150 M€ de liquidités).
  • Une stratégie alignée sur les orientations sectorielles et stratégiques des pays.
  • Au Maroc : un partenariat avec le Crédit Agricole du Maroc visant à faciliter la distribution des biointrants dans le Royaume.
close
close