Ebola vidéo: la Sierra Leone débloque une aide de plus d’un million d’euros pour combattre le virus

Le virus Ebola inquiète de plus en plus, le voisin de la Guinée, pays le plus touché, débloque 1,3 millions d’euros.

La Sierra Leone a annoncé vendredi le versement de 1,32 million d’euros afin de combattre l’épidémie de fièvre hémorragique, en grande partie due à Ebola, ayant fait depuis le début de l’année près de 400 morts dans trois pays ouest-africains.

 

Le bilan est lourd et l’OMS prévient: le virus est hors de contrôle

Ce financement est destiné à la campagne de sensibilisation et de prévention de l’épidémie, mais aussi à des besoins logistiques des équipes déployées dans le cadre de la lutte, a expliqué à l’AFP un responsable au ministère sierra-léonais de la Santé, Abubakarr Kamara.

Selon lui, le montant permettra notamment de faire du porte-à-porte et de mobiliser les acteurs sociaux dans tous les districts touchés par l’épidémie.

ebola_micrograph_virus-afriqueIl servira aussi à la gestion du matériel médical et logistique, incluant l’achat du nécessaire pour la protection du personnel en contact avec les malades vivants ou chargé de l’inhumation de malades décédés, ainsi qu’à la recherche de personnes ayant été en contact avec des cas suspects.

Ce montant porte à 14 milliards de leones (2,31 millions d’euros) le financement par le gouvernement sierra-léonais de la lutte contre Ebola, selon une source au ministère des Finances.

L’épidémie affecte la Sierra Leone, la Guinée et le Liberia. D’après un bilan communiqué jeudi par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ces trois pays voisins totalisent depuis le début de l’année 635 cas de fièvre hémorragique (dont un peu plus de la moitié ont été confirmés par des analyses comme étant dus au virus Ebola), dont 399 décès.

Selon le ministère sierra-léonais de la Santé, la Sierra Leone a enregistré depuis début mars 338 cas de fièvre hémorragique dont 179 ont été testés positifs au virus Ebola et ayant causé 49 décès. De même source, 18 personnes y ont survécu et, guéries, ont quitté l’hôpital de Kenema (est). 51 patients demeurent admis dans cet hôpital.

Kenema et Kailahun (est) font partie des régions les plus affectées par l’épidémie.

Depuis le 13 juin et jusqu’à nouvel ordre, les écoles du district de Kailahun sont fermées et les rassemblements publics interdits par le gouvernement. Selon des habitants, la peur d’Ebola a poussé les populations à y réduire leurs déplacements et à éviter les contacts physiques au maximum.

Thierry Barbaut Avec CI