Présidentielles au Burundi, Nkurunziza, craintes et observations

ALERTE INFO AFRIQUE

Le président Nkurunziza élut avec 69,41% des voix !

Les élections du 21 juillet 2015 se déroulent sans observateurs de l’Union Africaine.

Le Ministre des Relations Extérieures, Alain Aimé Nyamitwe, est pointé du doigt par les Etats-Unis pour avoir refusé à ces observateurs et experts militaires l’obtention de visas avant la tenue des élections. Les partenaires étrangers menacent de ne pas reconnaître les résultats des élections « non-crédibles ».

Les présidentielles viennent de se terminer et les résultats provisoires montrent que le candidat du Cndd-Fdd, Pierre Nkurunziza, en est le grand favori. Cependant, le grand nombre d’observateurs n’y ont pas participé. C’est pourquoi elles consacrent de vifs bruits dans les milieux politiques de l’opposition, les milieux de la société civile ainsi que la coopération internationale.

elections-presidentielles-burundi

 

La commission de l’Union Africaine qui affirmait être prête à déployer des observateurs des droits de l’Homme et des experts militaires depuis le 17 juillet 2015 ne l’a pas pourtant fait. Ce déploiement s’inscrivait dans la cadre du suivi et de la mise en œuvre des décisions pertinentes du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’UA, réuni, à Johannesburg, le 13 juin 2015.

Les observateurs des droits de l’Homme étaient chargés de surveiller la situation des droits de l’homme sur le terrain et de rendre compte des violations éventuelles des droits de l’Homme et du droit international humanitaire. Quant aux experts militaires, ils étaient chargés de vérifier, en collaboration avec le Gouvernement et les autres acteurs concernés, le processus de désarmement des milices et autres groupes armés.

Les Etats-Unis pointent du doigt le Ministre burundais des Relations Extérieures, Alain Aimé Nyamitwe, pour ne pas avoir facilité le travail d’attribution de visas à ces observateurs et experts militaires.

Ainsi, Washington promet de réexaminer ses relations de coopération avec Bujumbura. Les autres partenaires comme la Belgique, le Royaume Uni, le Canada,… ont réitéré la décision de Washington.

Ces élections ont eu lieu au moment où certains membres de l’opposition avaient annoncé le retrait de leurs candidatures quelques jours avant la tenue de ces dernières.

close
close