La malnutrition, principale cause des décès des enfants de moins de cinq ans au Burundi

La malnutrition occupe une place alarmante au Burundi.

Elle est directement ou indirectement associée à plus de 45% de tous les décès survenant chez les enfants de moins de cinq ans

La malnutrition affecte tous les secteurs de développement et a des coûts sociaux et économiques élèves tels que l’augmentation de la mortalité et de la morbidité, la perte de potentiel humain, diminution des compétences et qualifications, une baisse de productivité et une plus grande pauvreté.

L’Unicef estime que la malnutrition coûte au Burundi l’équivalent de 102 millions de dollars américains chaque année.

Situation nutritionnelle en chiffres au Burundi

La situation nutritionnelle en chiffres au Burundi est alarmante. Au niveau de l’insuffisance pondérale, les chiffres s’élèvent à 29% chez les moins de 5ans. Le retard de croissance ou malnutrition chronique s’élève à 58% chez les moins de 5 ans. L’alimentation de complément va jusqu’à 70,6% des enfants de 6-8 mois qui la reçoivent en plus de l’allaitement maternel. En plus, au niveau de l’alimentation optimale qui s’évalue en nombre de repas, les chiffres montrent que seuls 30% d’enfants de 6-23 mois sont nourris le nombre de fois approprié selon leur groupe d’âge.

Un enfant victime de malnutrition au Burundi
Un enfant victime de malnutrition au Burundi

Causes de la malnutrition au Burundi

Les causes de la malnutrition au Burundi sont multiples et multisectorielles. Le ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida en évoque un certain nombre. Celles qui sont en premier positionnement sont notamment : la pauvreté, la prévalence élevée des maladies infectieuses (pneumonie, malaria, etc.), pratiques alimentaires inappropriées, la densité élevée de la population et le non espacement des naissances, l’insécurité alimentaire des ménages, le bas niveau d’éducation des mères ainsi que les conditions d’assainissement et d’hygiène insuffisantes.

Un bébé de 8 mois laissé à la portée de toutes sortes de microbes en commune Isale alors qu’il souffre de malnutrition.

Si la crise politique actuelle continue de secouer le pays, nous risquons d’assister à une forte détérioration de la situation à cause du manque de suivi surtout au niveau d’assainissement et d’hygiène.

Conséquences de la malnutrition au Burundi

Les conséquences de la malnutrition sont variées. Le manque de vitamines et de minéraux essentiels dans l’alimentation tels que l’iode , le fer ,la vitamine A et l’acide folique est responsable des morts nés à la naissance, des fausses couches , retard mental et retard de croissance, la faiblesse physique, la cécité, et augmente le risque de maladies et finalement la mort.

Les enfants de moins de deux ans sont les plus vulnérables à la malnutrition chronique avec des effets irréversibles sur leur croissance mentale et physique après l’âge de deux ans et certains de ses effets sont intergénérationnels.

Par Gaspard Maheburwa pour Info Afrique en direct du Burundi