Kenya, Internet gratuit dans les écoles grâce à Airtel

Les opérateurs télécoms le savent il faut fidéliser tôt, mais la démarche ici est aussi solidaire et éducative avec l’accès à Internet dans les écoles

C’est donc dans cette démarche qu’Airtel va mettre en place dans plus de 300 000 euros par ans sur cinq ans afin de permettre aux écoles de disposer d’une connexion Internet à haut débit pour tous les étudiants.

Airtel est un géant des télécom et très présent en Afrique, la société présente ce projet comme « l’engagement de la compagnie dans le développement de l’éducation » au Kenya.

Des écoles s'équipent en Informatique et Internet au Kenya - crédits photo Thierry Barbaut Info Afrique
Des écoles s’équipent en Informatique et Internet au Kenya – crédits photo Thierry Barbaut Info Afrique

S’agissant des projets éducatifs d’Airtel Kenya, la société affirme avoir déjà connecté plus de 60 écoles et 52 000 élèves à l’Internet gratuit. La société qui envisage d’atteindre un million d’élèves à travers le territoire national dans les 18 prochains mois, voudrait élargir à 4000 écoles et à plus de deux millions de jeunes l’accès gratuit à son service Internet à travers un partenariat avec le ministère des sports. Le partenariat devrait porter sur le soutien du championnat kényan de football secondaire.

Avec un revenu data en baisse, largement étouffé par le leadership de Safaricom, Airtel espère rehausser le pic de consommation dans ce segment en donnant aux jeunes les moyens de satisfaire leur fort intérêt pour le monde numérique. La société compte ainsi augmenter par la même occasion son nombre d’utilisateurs.

Mireille Modoi pour Info Afrique

Linda Messo
Linda Messo est originaire du Burundi et dispose d'un master en journalisme. Passionnée par les thématiques du développement elle est rédactrice pour Info Afrique depuis 2009 et impliquée depuis 2012 avec 3 autres médias en ligne dans la communication sur différents pays d'Afrique. Avec l'équipe d'origine du média elle sillonne les différents pays à la rencontre des entreprises, des états, des ONG et de la société civile pour donner la parole aux "Acteurs du Développement".