Scandale en Centrafrique, une ONG dénonce l’Europe

Enfants soldats à Bangui
Des Kalachnikovs pour les enfants de la Seleka

Déjà en difficulté en Centrafrique l’Europe et particulièrement la France va devoir éclairci certains points…

Dans un rapport rendu public ce mercredi 15 juillet, l’ONG Global Witness accuse ouvertement les entreprises européennes de financer la guerre fratricide. Pour l’ONG britannique, ce sont les entreprises européennes qui exploitent le bois dans ce pays qui financent la longue guerre fratricide ayant coûté la vie à de nombreux Centrafricains.

L’étude intitulée «Bois de sang. Comment l’Europe a aidé à financer la guerre en République centrafricaine» n’est pas passée par quatre chemins pour montrer que des entreprises européennes ont signé des «contrats lucratifs d’exploitation forestière avec des miliciens».

Global Witness s’appuie sur des témoignages et brandit des documents pour démontrer  comment les entreprises concernées, après avoir été attaquées  par les rebelles de la Séléka, ont par la suite monnayé leur sécurité en finançant les rebelles.

Série d’accusations contre des entreprises dont une française…

En juillet dernier un groupe d’experts mandaté par le Conseil de sécurité des Nations unies en Centrafrique avait évoqué le problème  dans son rapport. Le texte stipulait que «des entreprises forestières ont payé des commandants de la Séléka jusqu’à 6.000 dollars américains par mois pour la protection de leurs installations à Bangui».

Une accusation  que l’organisation britannique confirme dans son rapport. L’ONG  pointe notamment du doigt trois grandes entreprises d’exploitation du bois : la Sefca (Société d’exploitation forestière centrafricaine), à capitaux libanais ; IFB (Industrie forestière de Batalimo), d’origine française ; et Vicwood, détenue par des Chinois,qui  réalisent 99% des exportations.

seleka-bangui-centrafrique-guerre-rebelles

Selon Global Witness, ces trois entreprises auraient au total versé 3,4 millions d’euros à la Seleka. Parmi elles, Sefca, la plus importante d’entre elles, a pour sa part consenti une avance de trésorerie de 250 millions de CFA (382.000 euros) au gouvernement Djotodia en mai 2013.

«Il est tragiquement ironique de constater que, alors que les gouvernements européens ont investi des centaines de millions d’euros dans des opérations militaires et de maintien de la paix en RCA, ils n’ont pas réussi à garder le bois du conflit en dehors des marchés de l’UE», s’est indigné Alexandra Pardal, un expert de Global Witness.

«Tant que l’Europe continuera de soutenir l’industrie forestière de la RCA, les consommateurs de l’UE seront susceptibles d’alimenter involontairement un conflit que leurs propres armées étaient censées stopper», conclut le texte.

Avant la crise de 2013, l’exploitation forestière en Centrafrique représentait 10 % du revenu national et 40 % des recettes de l’Etat. L’Allemagne importe un tiers du bois centrafricain, et la France, 20 %.

Thierry Barbaut #Afrique #Numérique #innovation #impact #ODD. Directeur des écosystèmes innovants chez TACTIS. Expert en plateformes digitales de financement orienté projet et impact, économie, innovation, startup, entrepreneuriat, ODD, smartCity, e-Government. Observateur engagé et passionné de l'écosystème numérique en Afrique depuis 20 ans il est conseiller pour des entreprises, états, fondations ou banques. Auteur et conférencier sur l'Afrique, les sujets d'innovation et les nouvelles technologies, jury et instructeur sur les challenges pour les entreprises françaises et africaines de l'innovation. Thierry Barbaut a fondé Info Afrique en 2008 avec objectif de valoriser de manière positive l'économie et le numérique sur le continent. Thierry Barbaut a effectué plusieurs centaines de déplacements dans plus de 38 pays en Afrique.