Burkina: le lieutenant-colonel Zida pouvoir, Compaoré en Côte d’Ivoire

Mise à jour: Démission du président Blaise Compaoré et fuite en Côte d’Ivoire et prise de pouvoir du lieutenant-colonel Zida …

Blaise Compaoré était au pouvoir depuis 1987 depuis le coup d’état qui lui a donné accès à la fonction suprême. mais la révision de l’article 37 de la constitution prévue le Jeudi 30 Octobre au parlement lui a été fatal. Le peuple n’en voulait pas et l’a clairement fait savoir. Trop c’est trop

ICOAST-MEDIA-COMPAORE-BURKINA

“Le président François Hollande avait incité Blaise Compaoré dans une lettre à quitter le pouvoir lui assurant de nouvelles activités et évitant ainsi des risques de troubles” Thierry Barbaut expert Afrique

La lettre de François Hollande à Blaise Compaoré
La lettre de François Hollande à Blaise Compaoré

Le président Blaise Compaoré n’a donc pas tenu compte des nombreuses manifestations commencés le Vendredi 27 Octobre. C’est ce qui a mis le feu aux poudres…

La situation a dégénérée le Jeudi 30 Octobre des milliers de Burkinabés se levant en une manifestation géante et incontrôlable, scandant des mots clefs pour le Burkina: “Thomas Sankara, Blaise quitte le pouvoir, assassin…”

L'armée au Burkina dispose du soutien du peuple

L’assemblée nationale à été prise d’assaut, pillée et brulée en partie, ainsi que de nombreux bâtiments officiels comme le commissariat central, la maison du maire, la télévision nationale Burkinabé et d’autres bâtiments administratifs ou même parfois privés… Il y aurait une centaines de blessés graves et 12 morts…

Blaise Compaoré a retiré sa loi, dans tous les cas l’ensemble des députés étaient déjà avec le peuple craignant la vindicte populaire, mais c’était trop tard, les communications téléphonique furent coupées, ainsi que l’internet et l’ensemble des télécoms et l’aéroport international de Ouagadougou fermé.

Le frère de Blaise Compaoré aurait tenté de fuir hier matin et est en état d’arrestation…

Point clef de cette journée d’hier, l’armée et la police a refusé de combattre la population, stratégie de pouvoir ou désir de ne pas commettre un bain de sang ? Nous le sauront bientôt…

Dans tous les cas c’est le général à la retraite Kouamé Lougoué qui était l’homme fort de la situation et c’est lui qui tente de prendre la main en proposant au président Compaoré, retranché dans son palais, de céder sa place pour une année de transition avant de nouvelles élections présidentielles. C’est le général Honoré Traoré qui à annoncé dans une allocution télévisé que la situation est aux mains des forces militaire et que la négociation avec le président était en cours.

C’est finalement le lieutenant-colonel Zida qui prendra le pouvoir !

L’avenir du Burkina est aux mains de la garde rapprochée de Compaoré et des forces spéciales Burkinabés contre l’armée, la police et90% de la population du Burkina.

L’Afrique retient son souffle, restez connecté pour des informations précises de nos correspondants

Thierry Barbaut Info Afrique

Thierry Barbaut