communiqué de la rébellion FNL du Président du parti Isidore NIBIZI et le Chef d’Etat Major Général Major Aloys NZABAMPAMA

DECLARATION   SUR  LA CRISE  POLITIQUE BURUNDI

Le parti FNL  n’a jamais cessé de condamner la dictature de Monsieur NKURUNZIZA  et  sa faillite par rapport  au rassemblement des Burundais pour bâtir une nation prospère.

Les récentes manifestations que  contestait la légitimité de son pouvoir par le changement de la constitution l’ont prouvé la volonté du peuple  à adhérer à notre projet politique  de rassembler les Burundais et  de lutter contre les injustices  quelle que soit leur provenance.

Le parti FNL met en garde  toute personne qui veut violer les  accords d’Arusha et la constitution Burundaise.

Le parti FNL se permet de dévoiler la manœuvre mensongère du pseudo-putsch du général Niyombare Godefroid, alors que c’était un ouragan de diversion pure et simple, conçue dans le laboratoire du cndd-fdd pour sauver la personne de Nkurunziza lors du sommet des pays de la région du 13/05/2015 en Tanzanie et d’endormir les manifestants contre le 3ème mandat de Nkurunziza. Et ils ont bien gagné !!!

C’est de l’ignominie de considérer tout le peuple burundais de naïveté. Comment un général putschiste qui se dit soutenu par une amalgame des officiels de l’armée et de la police, qui s’autoproclame à travers des radios privés tant qu’il n’ait pas encore mis les mains sur les trois points stratégiques tels que la radiotélévision nationale, la présidence de la République et l’aéroport international.

Que le peuple burundais ne se laisse pas emporter par cette manœuvre du pseudo-putsch. Et même si ce coup serait réel, on ne dira pas que c’est coup d’état alors que c’est un arrangement au sein du cndd-fdd pour sauver son parti en dérive.

Pour sortir de la crise burundaise, le parti FNL propose deux scénarios possibles:

  1. Soit l’intervention d’une force étrangère pour le désarmement de la milice imbonerakure et concomitamment en organisant une conférence de toutes les forces vives de la nation dans le but de préparer les élections libres, apaisées, transparentes et inclusives.
  2. Soit par l’usage de force. Nul ne peut contraindre la milice du cndd-fdd de désarmer volontairement si ce n’est que par la force.

Nous  invitons  toutes les forces vives de la nation Burundaise de se mettre autour d’une table  et négocier la transition  pour  mettre en place une nouvelle organisation électorale, pluraliste, transparente et inclusive.

A Cet  effet, nous demandons  à l’armée  et  à la police  de reste neutre, de maintenir  l’ordre public et la sécurité des  biens   et des personnes.

Pour ce faire, le parti FNL interpelle la communauté internationale de ne pas se laisser faire par cette diversion d’un putsch alors qu’il n’en est pas un et d’intervenir sans tarder pour réaliser le premier scénario.

Avec Léonidas Nzigamasabo, pour Info Afrique en direct de Bujumbura

Fait à Bujumbura, le 15/05/2015

close