Burkina, apaisement mais pas de désarmement à Ouagadougou

C’est donc grâce à la plus grande autorité, Mogho Naba, roi des Mossis, que les putschistes et les militaires sont parvenus à un accord cette nuit à Ouagadougou

Dans le compromis trouvé les putschistes du RSP prévoient des rester avec le général Diendéré dans la caserne actuelle et les forces loyalistes seront eux placés dans une autre caserne située elle à 50 kilomètres de la capitale Ouagadougou. Concretement cela implique la levé des barrages en villes tenus justement par les putschistes et créant une énorme tension vis-à-vis de la population Burkinabé.

zida-mogho-naba

Pas de désarmement mais un espoir sous trois jours d’avoir au moins un inventaires des armes détenues… L’objectif est bien sur d’éviter l’assaut et la bain de sang.
C’est donc Mogho Naba, roi des Mossis et autorité morale au Burkina Faso qui a réussi à formaliser cet accord à Ouagadougou. C’est un geste fort qui va effectivement en direction d’une probable rédition et donc de la paix avec le rétablissement du calme à Ouagadougou.

Thierry Barbaut