Accueil Actualités Burundi, un militaire tué et un civil blessé

Burundi, un militaire tué et un civil blessé

Les manifestations contre la candidature  de  NKURUNZIZA à la présidentielle de juin prochain ont continué dans la ville de Bujumbura ce jeudi, trois voitures ont été brulées par les manifestants dans la Commune urbaine de Musaga

Tension maximale à Bujumbura ou les affrontements se poursuivent…

L’une a été incendiée dans la matinée, a la 24ème Avenue de Kinanira de la Mairie de Bujumbura et cette dernière été soupçonnée d’appartenir au Service National de Renseignement « SNR » et les deux autres à Musaga vers 17h00.Les manifestants ont érigé des barricades sur le Boulevard Mutaga, du Quartier Kinanira, près de l’endroit communément dénommé chez Vyisi.

500 mètres plus loin, de l’Avenue, une voiture à vitres teintées a été brulée. Le conducteur était accompagné par deux policiers et portait une  armée alors qu’il  était en tenue civile. Il a été arrêté par la population, qui l’ayant vu faire le tour du Quartier à plusieurs reprises, l’a soupçonné d’être de mèche avec le Service National de Renseignement « SNR ».
Vers 17h00 de l’heure locale, deux autres voitures ont été brulées par les manifestants à Musaga.

L’une de ces voitures transportées six personnes dont un officier du Service National de Renseignement connu sous le Nom de Jodassin  qui venait de tuer un militaire à Musaga à l’aide d’un Fusil étant dans la même voiture, un agent du Service national de renseignement, deux policiers et deux autres civiles. Ces six personnes ont été désarmées et saisies par la population et sont tous dans les mains des forces de défense.

Depuis le début des manifestations, les militaires avaient manifesté un comportement de cohabitation envers les manifestants en les encadrant d’une façon pacifique, ce qui n’était pas le cas pour les policiers, qui au lieu d’encadrer et assurer la sécurité des manifestants oubliaient leur noble mission en lançant des gaz lacrymogènes, des barres réelles,…et utilisaient des voitures anti-émeutes.

La population se dit fatiguer par le comportement des policiers, des agents du service national de renseignement et des jeunes IMBONERAKURE du parti au pouvoir et se réjouit de la conduite des forces de défense  dans ces mouvements insurrectionnelles.

Nzigamasabo Léonida, en direct de Bunumbura pour Info Afrique

Vous êtes abonné(e)!

Exit mobile version