Burundi : assassinat du général Adolphe Nshimirimana

Le général Nshimirimana tué par une roquette

Le Général Adolphe Nshimirimana a été assassiné dans une attaque à la roquette qui a ciblé sa camionnette sur la route nationale no 1 à Kamenge tout près de l’Hôpital Roi Khaled par des gens non encore identifié

L’attaque a eu lieu à 8h45 et a été suivie de beaucoup de tirs. L’information a été confirmée par Willy NYAMITWE un conseiller à la présidence et un message à la nation a été donné par le Président de la République dans la soirée de ce dimanche. Beaucoup des informations disaient que le Président Nkurunziza considéré ce Général comme son bras droit.

Le Général Nshimirimana à été tué par un tir de roquette
Le Général Nshimirimana à été tué par un tir de roquette

Après la mort de ce Général, la population burundaise craint pour la sécurité des habitants de la capitale Bujumbura et beaucoup des gens ont été arrêtés et torturé. Esdras Ndikumana, Correspondant de la RFI à Bujumbura, sortait d’une séance de torture au siège du service national de renseignements. Il a été arrêté alors qu’il prenait des photos sur le lieu de l’assassinat du Général Nshimirimana. Après la confiscation de son matériel de travail, il a été embarqué sans ménagement dans le pickup de Désiré Uwamahoro et conduit au SNR(Service National de Renseignement). Il affirme y avoir trouvé beaucoup d’autres personnes arrêtées dans la matinée.

Arrivé au SNR, Esdras s’est fait enlever souliers et pantalons. Couché à bas ventre, il a subi 100 coups de bâtons, son doigt est cassé. Il marche à peine. Il affirme que cette torture a été effectuée sous la supervision de Bertin Gahungu chargé de la documentation intérieure.

Esdras est maintenant libre de ses mouvements; je viens de lui parler au téléphone. Il est encore sous le choc et craint pour la sécurité des habitants de la capitale Bujumbura.

La 2ème cas de torture est que le lieutenant-colonel Michel Ndenzako, Commandant du Camp Ngagara, a été encerclé puis désarmé (lui et ses AT) par des policiers de la garde présidentielle. Cette opération a été tout près de l’Église du Bon Berger à Ngagara (les fidèles qui sortaient du premier culte ont été sommés de retourner dans l’église selon un pasteur local). Amené au SNR, il y aurait subi des tortures et est blessé à la tête. Il a été libéré par la suite et serait en soins à l’Hopital Militaire de Kamenge.

Signalons également l’assassinat à Ngagara Q. 6 (près du Bloc 22) d’un jeune surnommé Longest.

LE PRESIDENT NKURUNZIZA S’EST EXPRIME SUR LA MORT DU GENERAL ADOLPHE NSHIMIRIMANA DANS UN DISCOURS A LA NATION.

Pierre Nkurunziza a demandé aux corps de défense et de sécurité de trouver, d’ici une semaine, les auteurs de l’attentat qui a coûté la vie au Général Nshimirimana. Il exhorte également les amis du défunt à ne pas céder à la colère en se livrant à la vengeance.

Il n’a pas manqué de présenter ses condoléances à la famille du Général Nshimirimana et de préciser que les auteurs des récentes violences dans le pays finiront par être révélés au grand jour par le Tout Puissant.

Léonidas Nzigamasabo envoyé permanent au Burundi pour Info Afrique