Burundi, intenses combats dans Bujumbura au lendemain du coup d’état

Le Jeudi 14 mai d’intenses combats se déroulent dans la capitale Bujumbura au lendemain du coup d’état

C’est sur Twitter que le président annonce “Coup d’Etat fantaisiste”

Des tirs d’AK 47 mais aussi d’armes lourdes résonnent dans les collines avoisinantes, et pour une fois cela ne vient pas de la RDC dont on distingue facilement les montagnes.

A Bujumbura, putschistes, militaires policiers et forces de l'ordres se défient ou se combattent
A Bujumbura, putschistes, militaires policiers et forces de l’ordres se défient ou se combattent

La plupart des affrontements se déroulent près du siège de la télévision nationale. Les tirs sont nourris et semblent venir de partout, des barricades séparent les militaires qui soutiennent l’ancien pouvoir de Pierre Nkurunziza qui se trouve toujours en Tanzanie selon nos sources et les “putschistes” qui réclament le pouvoir depuis hier.

Une situation comme toujours confuse et mettant en péril de nombreux civils qui se réfugient de quartiers en quartiers selon le déplacement des tirs et des véhicules pickup Toyota armés de leurs mitrailleuses. Des groupes plus mobiles se déplacent aussi avec des lance-roquettes RPG et ciblent des véhicules des forces adverses…

Le responsable de l’autorité en place reste Prime Niyongabo, fidèle au président déchu. Celui ci indique que les putschistes seront pourchassés et éliminés…

Le président communique sur … Twitter !

Comme souvent depuis l’essort des nouvelles technologies et se rapprochant des faits du Burkina c’est sur les réseaux sociaux que les président communiquent, et c’est le cas pour Pierre Nkurunziza !

C’est le général Godefroid Niyombare qui a annoncé mercredi la destitution du président Nkurunziza, en déplacement en Tanzanie. Immédiatement le président Pierre Nkurunziza a affirmé que le coup d’Etat, mené par un groupe de militaires “mutins”, avait avorté. Mais le général putschiste a assuré avoir le soutien de centaines d’officiers supérieurs de l’armée Burundaise, ce qui reste à confirmer.

Thierry Barbaut