Focus sur les énergies au Cameroun avec Finergreen

Finergreen, entreprise experte en financement de projet d’énergies renouvelables, vous propose un focus “énergies” sur différents pays d’Afrique, aujourd’hui le Cameroun

CAPITALE : Yaoundé

POPULATION : 20,5 millions d’habitants 

PIB 2013 : 29,57 milliards de dollars

PRODUCTION D’ELECTRICITÉ : 305 MW/habitant

CONSOMMATION D’ÉLECTRICITÉ : 6,2 TWh

Le Cameroun, comme de nombreux pays d’Afrique Subsaharienne fait face à un gros problème d’accès à l’électricité. En effet, il affiche en 2013 un taux d’accès à l’énergie de 18% et ne fournit l’électricité qu’à 3 millions de ses 20 millions d’habitants. En 2012, la production globale d’électricité au Cameroun était de 305 KWh/habitant pour une consommation brute d’électricité de 6,2 TWh.

L’électricité est majoritairement produite par l’énergie hydraulique (qui représente 73,3% de la production), suivie par les centrales thermiques (25,6%) et la biomasse (qui ne compte que pour 1% de la production).

Les énergies renouvelables, du fait de l’hydraulique, ont une part prépondérante dans le mix électrique puisqu’elles permettent de produire 74,4% de l’électricité du pays. Cette part a diminué ces dix dernières années, passant de 96,4% à 74,4%.

Néanmoins, la filière hydraulique a été en constante progression entre 2002 et 2012 avec un taux de croissance annuel de 3,7% puis 4,6%, notamment à cause des prix élevés des énergies fossiles (pétrole et gaz) qui ont augmenté la rentabilité des projets hydrauliques.

QUELS PROJETS INSTALLÉS ?

Le Cameroun a vu sa production hydraulique atteindre les 4,6 TWh en 2012. Le pays est donc, grâce au fleuve Tanaga, le 2ème potentiel hydroélectrique africain. En effet, 70% du productible africain se concentre autour du fleuve. Deux barrages sont actuellement en fin de construction à Lom Pangar et Memve’ele et le gouvernement veut renforcer les barrages de Song Loulou et Edea avec 1 270 MW supplémentaires.

QUELS PROJETS A VENIR?

HYDRAULIQUE

Le 2 juillet dernier, un accord a été signé entre le gouvernement camerounais et la société marocaine Platinium Power donnant lieu à la construction d’une nouvelle centrale hydroélectrique, le complexe de Makay, qui ajouterait 400 MW à la capacité de production électrique du pays en 2020. Cela représente un investissement de 500 milliards de FCFA (800 millions d’euros), financés par un partenariat public-privé. Le site est localisé dans la région du Centre, sur le fleuve Nyong.

barrage-hydroelectrique-cameroun

Ce projet devrait faciliter l’accès à l’électricité pour 6 millions de personnes, avec une production de plus de 1 600 GW/an. Les levées topographiques ont déjà été réalisées sur le site, divisé en deux sous-sites : le site de Makay 1 a une capacité prévisionnelle de 120 à 250 MW et celui de Makay 2, une capacité de 150 MW. La construction de la centrale devrait commencer en février 2017 pour une livraison en 2020, selon les estimations. La société prévoit une croissance de 30% de la capacité installé du pays grâce à ce projet.

Interview de Thierry Barbaut expert Afrique
et directeur de l’agence Stratégie Afrique sur les énergies au Cameroun

De plus, le gouvernement souhaite installer 6 000 MW supplémentaires autour du fleuve et investir jusqu’à 5,6 milliards d’euros dans la filière de manière à atteindre, à l’horizon 2025, les 3 000 MW de capacité (contre 1 300 MW actuellement).

Le problème de l’énergie hydraulique est qu’elle varie énormément en fonction des saisons et oblige notamment le pas à recourir à des centrales thermiques pendant la saison sèche, solution très couteuse. De plus, l’exploitation des centrales hydroélectrique est lente et les délais de construction des centrales de production d’électricité varient entre quatre et six ans.

Solaire

La Cameroun a donc entrepris de se développer et mieux répartir son mix électrique. En effet, l’énergie solaire est une source beaucoup plus fiable et surtout avec des délais beaucoup plus courts puisqu’elle permet de fournir de l’électricité en moins de deux ans.

Ces dernières années, le gouvernement a passé des accords et signé des MoU avec plusieurs acteurs du secteurs, sans qu’aucun projet de voit réellement le jour.

En juin dernier, Basile Atangana Kouna a annoncé le lancement d’un projet PV de 53 milliards de Francs CFA (80 millions €), financé par Eximbank China. Le chantier global devrait concerner 13 000 villes et villages et cette première phase, qui a été commencée fin juin, concernera 350 zones réparties sur les 10 régions du pays.

Fin 2014, le gouvernement a également signé un MoU avec JCM Greenquest Solar Corporation pour installer 500 MW d’installations solaires photovoltaïques dans le pays. JCM a reçu un financement de 77 000$ du SEFA – Fond pour les Energies Durables en Afrique – pour préparer la première phase de ce projet : une centrale au sol de 72 MW. Le financement a permis de mener à bien l’étude d’évaluation de l’impact de la centrale en termes environnementaux et sociaux et d’assurer les services de conseillers techniques, juridiques et financiers. Cette première centrale sera installée à Mbalmayo, près de la capitale.

EOLIEN

Enfin, en mai dernier, le Cameroun a annoncé son premier investissement dans l’éolien. Une centrale pilote de 42MW (extensible à 80 MW) devrait voir le jour dans les Monts Baboutos.

Lors du même conseil du cabinet, Basile Atangana Kouna a également indiqué que d’autres projets étaient en cours d’exécution : installation de mini-centrales solaires photovoltaïque dans 166 villes et villages à moyen terme et 1 000 localités à long terme mais également mise en place de projets de biogaz et microélectricité.

Damien RICORDEAU
Directeur de Finergreen

RECHERCHE LOGO FINALE

Damien Ricordeau
Damien RICORDEAU est expert en financement de projets d'énergies renouvelables. Il est directeur de la société Finergreen