Les enjeux d’Internet en Afrique et le classement des pays

Internet se développe en Afrique et les 54 Pays ne subissent pas de la même façon le déploiement des technologie, focus sur le classement des pays

 

C’est le MGI Mac Kinsley Global Institute qui publie une étude sur le classement des pays d’Afrique avec quatre niveaux: les leaders, les suiveurs, les émergents et les sous-classes.

Le rapport porte le nom “Les lions passent au numérique : le potentiel de transformation d’internet en Afrique”, tout un programme pour un continent ou les infrastructures sont souvent le point faible du développement et de l’accès aux nouvelles technologies, de téléphonie mobile ou d’Internet.

WorldWideWeb_afriqueEn Afrique pas de filaire comme en Europe ou dans la majorité des pays développés, mais deux options majeures: les ondes, avec le Wifi ou le cellulaires et c’est la technologie “mobile, ou la fibre avec la passage des backbones, ces câbles sous-marin qui permettent de relier des villes côtières à Internet. C’est donc les pays enclavés qui souffrent le plus du manque d’infrastructures.

Deuxième point clef de l’implication d’internet dans le PIB des pays, c’est sa possibilité de tirer parti des nouvelles technologies.

En effet au Nigéria par exemple le e-commerce dépasse déjà le commerce traditionnel, Internet est disponible aux populations et donc aux consommateurs, alors que dans des pays comme l’Angola, la Centrafrique ou la RDC la diffusion est plus étatique et confidentielle.

L’administration aussi ne dispose pas toujours des systèmes d’informations leurs permettant de partager les données, cela produit un effet d’isolement entre les administrations et les régions, vecteur de ralentissement administratif. L’administration Africaine étant souvent un indice en défaveur du développement économique c’est un point faible de plus.

 

Le classement des pays par Internet et sa participation au PIB

Sénégal – 3,3%
Kenya – 2,9%
Maroc – 2,3%
Mozambique – 1,6%
Afrique du Sud – 1,4%
Côte d’Ivoire – 1,3%
Tanzanie -1,3%
Cameroun-1,2%
Ghana -1,1%
Égypte -1%
Algérie – 0,8%*
Nigeria – 0,8%*
Éthiopie – 0,6%
Angola – 0,5*

Le classement permet de mettre en évidence le fait que l’Afrique de l’est et Francophone est toujours la plus dynamique. Les entreprises comme MTN permettent de pousser ce développement. De nouveaux systèmes font aussi leurs apparitions, comme le projet Loan de Google diffusant du wifi gratuit (en cours) et Internet.org copiloté par Marck Zuckerberg fondateur de Facebook qui teste une système de gratuité en ce moment en Zambie.

utilisateurs-internet-afriqueL’ensemble des groupes mondiaux de télécommunications voient l’Afrique comme un eldorado de l’Internet, car un majorité de la population n’y a pas encore accès et le continent devrait supporter une démographie annonçant 2 milliards d’habitants en 2050.

Mais les grands groupes ne connaissent pas assez bien la culture Africaine et il est très complexe de s’implanter et d’offrir les services qui correspondent aux modes de consommations. Internet est une superposition de nos modes de vies, de nos entreprises de nos administrations et chaque pays doit en gérer les adéquations avec sa propre culture, c’est une aubaine énorme pour le développement de l’emploi et du savoir-faire local et une valorisation du capital humain.
Avec internet en Afrique on ne communique pas de la même façon et les Africain prendront la main sur les systèmes locaux.

Thierry Barbaut

 

Thierry BARBAUT - Numérique et développement
Expert en stratégie numérique et projets de développement - #innovation #Afrique #Digital - Responsable de la stratégie numérique et communication digitale de l'Agence des Micro Projets depuis 2013. 20 années de pilotage de projets dans plus de 40 pays: eau, santé, éducation, agriculture, énergies renouvelables, entrepreneuriat et numérique. Auteur et conférencier sur l'Afrique et le numérique.