Ebola, le traitement ZMapp à guéri les deux américains infectés

Deux américains infectés par le virus Ebola sont désormais hors de danger grâce au traitement ZMapp

Le Dr Kent Brantly et la missionnaire Nancy Writebol sont sortis de l’hôpital, ceux-ci on reçu le traitement au ZMapp, un traitement inédit dont ils avaient accepté d’être les premiers à en bénéficier.

ZMapp EbolaCe traitement ZMapp permettrait donc de guérir d’Ebola. Les deux américains avaient contracté le virus au Libéria, il sont maintenant sorti de l’hôpital américain d’Atlanta ou ils étaient soignés.

Il n’est pas possible à ce stade de savoir si c’est le traitement ZMapp qui à permis de sauver les deux patients, ou si c’est un guérison naturelle, d’autres tests vont donc pouvoir être effectués. Mais c’est un énorme espoir pour éradiquer le fléau qui sévit sur de nombreux pays de l’Afrique de l’ouest.

Le Dr Bruce Ribner, directeur du service des maladies infectieuses d’Emory indique «Après une série de traitements rigoureux et d’analyses, l’équipe de médecins a estimé que les deux patients avaient guéri d’Ebola et pouvaient retourner dans leur famille sans craindre de transmettre l’infection aux autres». Nancy Writebol a quitté l’hôpital le mardi, tandis que Kent Brantly en est parti ce jeudi.

Le traitement ZMapp est expérimentale et n’a été testé que sur des singes. C’est donc le premier test sur des humains. Les deux patients ont réagis très différemment car le premier s’est rétabli en quelques heures après une seule injection, tandis que Nancy Writebol à du recevoir une deuxième injection.

 

ZMapp en rupture de stock !

Les effets du ZMapp sur Kent Brantly ont provoqué une réunion d’urgence à l’OMS. Il est à noter que malgré le fait que l’on ne connait pas les effets secondaires, les experts autorisent l’utilisation du traitement. Une décision inédite dans l’histoire de l’organisation de santé, mais estimée nécessaire face à l’épidémie. À ce jour, 2473 cas ont été recensés au Liberia, Nigeria, Sierra Leone et Guinée, faisant au moins 1350 morts.

Le laboratoire qui produit la vaccin ne semble pas encore capable financièrement d’assurer la production du vaccin en grande quantité, toutes les doses sont écoulés.